Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Plume le Fol, ou le chevalier à la fougère

Plume le Fol, ou le chevalier à la fougère

l'épaisse selva qui couvre cette portion reculée de cordillère est enchantée – il vous faudra de l'obstination pour l'atteindre, de l'endurance pour vous y aventurer ; gare aux bêtes féroces qui s'y tapissent. Quant au Graal de cette quête botanique, seul un mentor moins fou que rusé vous y mènera...

photo en cours de chargement...

« 16 août. Alors que nous faisons route vers la Bolivie, nous venons de dépasser un étrange convoi qui soulève un ennuyeux nuage de poussière, prompte à perturber la conduite. »

lire la suite

Nombre de photos : 82

Date : 16/08/2008

Localisation : SaltaArgentine – région Noroeste TarijaBolivie

Ce carnet fait partie du périple : Contes et déconvenues du Chaco (et d'ailleurs)

Quelques précisions

Attention, une recommandation d'importance, d'entrée de jeu : le Parc National Baritú est à peu près impraticable en été, saison des pluies torrentielles. Mieux vaut comme nous privilégier l'hiver !

Comment y aller ?

Au départ de Salta Capital, rejoignez Gerenal Güemes par la nationale 9, puis suivez la nationale 34 jusqu'à Pichanal, via Libertador General San Martín. A Pichanal, bifurquez à gauche : la nationale 50 vous conduira jusqu'à la frontière, par San Ramón de la Nueva Orán. Attention : la route 34 puis la 50 sont assez infectes : mauvais revêtement, beaucoup de trafic, notamment les encombrantes remorques de canne à sucre – prenez bien garde !
Le passage de la frontière entre Aguas Blancas (Argentine) et Bermejo (Bolivie) ne présente pas de difficultés particulières (excepté si vous êtes possesseur d'une voiture argentine, mais que vous n'êtes pas de nationalité argentine – si c'est votre cas, contactez-nous impérativement pour savoir à quelles tracasseries et à quels risques vous vous exposez...). Nous rappelons par ailleurs que l'accès au Parc National Baritú se fait impérativement par la Bolivie : le passage de la frontière est donc obligatoire, et les formalités d'usage dûment remplies.
Une fois à Bermejo, prenez la route de Tarija, qui longe le Río Bermejo. Au bout d'une petite centaine de kilomètres, vous aurez la possibilité de franchir ce río et de réintégrer l'Argentine, pour accéder à Los Toldos, Lipeo et Baritú. Étant donné que cette incursion en Argentine est un cul-de-sac, et que vous devrez impérativement repasser par la Bolivie ensuite, vous n'avez pas besoin d'effectuer de formalités frontalières, mais signalez tout de même votre présence à la gendarmerie de Los Toldos.
Il n'y a qu'une seule route au départ de Los Toldos : elle vous conduira jusqu'à Lipeo, sans encombres. Mais pour atteindre le village, vous devrez laisser votre auto sur la rive gauche du Río Lipeo et traverser celui-ci à pied, par la passerelle. Il existe une navette qui relie Los Toldos à Lipeo : il s'agit d'une remorque tirée par un tracteur. Pour atteindre Baritú ensuite, vous devrez louer les services du seul propriétaire de véhicule dans les parages (un Land Cruiser), ou effectuer ce trajet à dos de mule. En ce qui nous concerne, le 4x4 est (momentanément) tombé en panne à l'aller, et les mules étaient très poussives au retour. Donc : patience ! Effectuer ce trajet à pied ne présente pas d'intérêt particulier : il est long et fastidieux.
Les thermes de Cayotal se trouvent en amont du Río Lipeo, au départ de Lipeo, à une petite heure de marche – le sentier est agréable, les thermes bucoliques.

Où dormir ?

A Salta Capital, nous recommandons la Villa Vicuña, située à deux cuadras de la place centrale ; une jolie chambre d'hôte très confortable. Sinon, l'Hotel Colonial, sur la place, possède de belles chambres avec balcon, dont le prix pourra toutefois sembler un rien excessif... Salta dispose de bien d'autres hôtels, posadas et autres hostales – mais attention, à la saison haute, il faut impérativement réserver !
A Bermejo, nous avons dormi à l'Hostal Raúl (dans une des premières rues parallèles au fleuve, non loin du marché couvert) – pas franchement reluisant, mais pas non plus inrecommandable. Un lit et une douche avant de poursuivre le voyage.
A Lipeo, l'offre n'est pas très riche, c'est le moins que l'on puisse dire. Lors de notre passage (août 2008), il n'y avait qu'un refuge, construit dans la cour de la ferme de Clemencia. Assez austère, la table et les chaises du réfectoire n'avaient pas encore été livrées – les lits sont superposés et les matelas fluets. Il n'y avait pas de lumière. En revanche, l'accueil de Clemencia était excellent, et sa cuisine tout bonnement délicieuse et authentique.
A Baritú, même pénurie d'hébergement. Seule Josefina, la sœur d'Honorato, proposait un gîte, un peu moins austère qu'à Lipeo mais moins neuf aussi... Bonne nourriture, bonnes couvertures.
A noter : Lipeo et Baritú se livrent une petite guerre du tourisme, chacun essayant de retenir les visiteurs ; pour notre part, nous avons dû dormir à Lipeo car les chevaux qu'on nous avait promis pour monter tout de suite à Baritú n'étaient tout compte fait pas disponibles – un contre-temps bien intentionnel, afin que nous passions la nuit à Lipeo. Pour réserver nos nuits, nous avions contacté les garde-parcs du Parc National Baritú, dont l'officine se trouve à Lipeo – mais une fois sur place, il s'est avéré que ceux-ci n'avaient absolument pas effectué les réservations requises (ils étaient visiblement de mèche avec les autochtones...). Donc, à défaut de vous recommander la méfiance, ce qui ne changera pas grand chose aux manigances des autochtones, à la bonne volonté desquels vous êtes totalement livrés, nous vous conseillons la patience...
A Los Toldos, les infrastructures se sont davantage développées ; vous trouverez plusieurs cabañas, certaines très agréables : ainsi Las Cabañas del Cerro, que nous avons beaucoup appréciées – consultez leur site internet.

Où et que manger ?

A Lipeo, Clemencia nous a préparé des repas tout ce qu'il y a de plus typique : sopa de maní, sopa de pescado, tortas fritas, confiture de cayote, etc. A Baritú, Josefina nous a pareillement régalés. N'hésitez surtout pas à pousser la porte de la cuisine pour venir papoter avec la maîtresse de maison et découvrir son savoir-faire.

Contacts, horaires, informations diverses

Pour organiser votre séjour au Parc National Baritú, mieux vaut contacter à l'avance les garde-parcs, même si nous n'avions pas été satisfaits de leurs services : nous les avions prévenus longtemps à l'avance et nous leur avions demandé de réserver chevaux et hébergement, mais malgré leurs réponses positives il s'est avéré à notre arrivée que rien n'avait été organisé, et aucun garde-parc n'était présent... Une simple étourderie ? Nous n'en sommes pas convaincus – d'autant moins que les balbutiements du tourisme à Lipeo et Baritú génèrent des conflits d'intérêt auxquels les garde-parcs semblent inévitablement mêlés. Quoi qu'il en soit, voici leur mail : baritu@apn.gov.ar .
Une fois à Baritú, demandez Loco Pluma (alias Honorato) pour vous guider dans le Parc, jusqu'aux “helechos gigantes” – c'est un compagnon hors-pair pour vous initier aux mystères des Yungas.

Ce que nous avons visité

Dévotions

Gauchito Gil : hep hep hep !! Vous venez de dépasser à toute vitesse une petite cahute rouge vif bâtie de bric et de broc sur le bas-côté, et vous n'avez pas daigné klaxonner respectueusement en l'honneur du Gauchito ? Malheureux !! Vous ne souhaitez donc pas mettre toutes les chances de votre côté pour arriver à bon port ??

Réserves

Baritú : partie septentrionale des Yungas argentines (avant qu'elles ne se poursuivent en Bolivie), ce parc national est l'endroit où elles atteignent leur proportion et leur densité maximales : rescapée de l'exploitation forestière, cette jungle d'altitude héberge en son sein le magnifique Helecho Gigante.

Thermes

Cayotal (Lipeo) : au beau milieu des étouffantes yungas subtropicales, ces quelques baignoires au carrelage vétuste sont le rendez-vous de nombreux Boliviens venus faire leurs ablutions en voisins. Les relents de soufre ne doivent pas vous rebuter, même si la trempette est moins rafraîchissante qu'authentique...

Vallées

Valle de Lerma : végétation luxuriante, mais pas étouffante ; microclimat ensoleillé aux températures câlines ; les cimes de la Cordillère Orientale comme éternel sujet d'extase, les rivières et lacs des Sierras Subandines pour se prélasser – puis on goûte le frais à l'ombre des arcades anciennes. En somme, un vrai petit coin de paradis !

Villes

Bermejo : grosse bourgade périphérique, sans atout touristique ni véritables ressources économiques, ce bled frontalier est – par conséquent – un fabuleux condensé de Bolivie, avec ses rituels quotidiens qui tournent autour du marché municipal, de ses étalages chamarrés et de ses cantines à la bonne franquette.

Salta : la fière cité de Güemes mérite définitivement son précieux épithète de “La Linda”, La Belle, tant les frondaisons de sa place centrale, la splendeur de ses temples et de ses hôtels, l'enchantement de ses mœurs métissées, son climat cajoleur et les paysages enjôleurs alentours, la distinguent entre toutes les capitales provinciales.

Réserves

Las Yungasaperçu

Géographie et thématiques culturelles

Trek & Cie.

Cabalgatas (randonnées équestres) : qui dit “cheval” dit... Asie Centrale, sans doute, mais avouons que l'équidé eurasiatique s'est formidablement bien adapté aux Amériques, et en particulier aux grands espaces argentins, au point que la figure du gaucho a éclipsé celle du tchopendoz... Cavaliers amateurs ou émérites, chevauchez à l'envi !

Écosystèmes

Yungas : après avoir traversé l'immensité du chaco sans verser la moindre goutte, les cumulo-nimbus se télescopent sur les premiers reliefs orientaux des Andes, et déversent sur la pente inexpugnable de quoi faire croître une jungle touffue, refuge de nombreuses espèces menacées – un cordon de barbelés subtropicaux qui sanctuarise le splendide Noroeste.

Zoologie

Chevaux : on associe généralement le noble équidé aux steppes de la Mongolie ou aux llanos vénézuéliens, quand ça n'est pas trivialement aux Grandes Plaines et au Far West nord-américains. Mais l'Argentine, en fin de compte, n'est rien moins que tout cela à la fois – Gato et Mancha se chargèrent jadis de le prouver...

Yaguareté (Jaguar) : certains s'en féliciteront, d'autres en concevront de l'amertume, mais le fait est qu'une audience auprès du Roi de la Selva relève de l'impossible, tant Sa Tachetée Majesté vit recluse dans les profondeurs de la forêt tropicale, en danger qu'elle est d'extinction. Tout juste pourrez-vous révérer pieusement ses augustes empreintes.

Botanique

Helecho gigante : dans le méli-mélo hétéroclite de troncs, branchages et racines tous emmêlés cul par-dessus tête qu'est la selva subtropicale des Yungas, la présence de ces fougères géantes, majestueusement préservées de toute promiscuité par leur harmonieuse coupole, y semble aussi incongrue qu'une colonne ionique dans un bidonville.

Lapachos (tajy) : si les arbres poussaient des cris, assurément ceux du genre Handroanthus seraient assourdissants – agglutinées en grappes dodues, leurs fleurs sont de véritables brass-bands de trompettes aux couleurs éclatantes, qui au printemps émaillent la selva d'éclats dorés et parent les villes du bassin rioplatense de milliers de pompons roses.

Gastronomie

Lechón : si “matambrito” et “carré de cerdo” sont les pièces porcines les plus courantes, le cochon de lait (lechón) consitute le plat traditionnel de Noël ; pouvant être cuisiné à la parrilla, à la cruz, al disco, c'est encore à l'horno de barro qu'il est le plus savoureux, comme légèrement fumé, la peau craquante et dorée...

Humitas & Tamales : casse-dalles typiques du Noroeste, à base de maïs, ces variantes salées de l'œuf Kinder réservent sans doute moins de surprise une fois dépiautées de leur emballage en chala (feuille de maïs), pour peu qu'on sache les différencier à la forme de leur ficelage – il y a là un potentiel marketing à développer, c'est certain...

Horno de barro : appareil ménager indispensable pour réussir son lechón, ses humitas ou même une bonne pizza, le “four en terre” orne nombre de cours de ferme, et certains appartements urbains en exhibent sur leur terrasse. Bâti en adobe, ces briquettes de paille et de boue séchée, il distille aux aliments qui y cuisent une saveur incomparable.

Héritages

Gauchos : finie l'époque où les hordes de farouches cavaliers vêtus avec brio écumaient la contrée la lance au point, pourfendant les contempteurs du fédéralisme criollo. Pourtant, Martín Fierro et Gauchito Gil n'ont pas dit leur dernier mot ; à l'heure de l'altermondialisme, la cause des Centaures des Pampas fédère des passionnés nombreux et nostalgiques...

Industrie

Tissage : au pays (originel ? les controverses sont ouvertes) du poncho, les métiers à tisser, du plus rudimentaire au plus industrialisé, sont un patrimoine précieux – face à la concurrence chinoise, rude comme chacun sait, les tisserands ruraux, d'origine indigène, surmontent l'épreuve par la qualité jamais démentie de leurs somptueux ouvrages.

Arachides : sous des aspects aussi variés qu'une soupe, un jus, une sauce, un gâteau, une coupelle entre deux pintes – sans oublier la friandise nationale qu'est le Mantecol –, la cacahouète s'invite souvent sur les tables, encore que la plus grosse partie de la production alimente les cales des navires, faisant de l'Argentine le deuxième exportateur mondial !

Dévotions

Vierge de Urkupiña : récemment bombardée “Patronne de l'Intégration Nationale” par La Paz (ce qui n'est pas une sinécure !), cette apparition mariale remontant au XVIème siècle est célébrée chaque 15 août à Quillacollo, son sanctuaire, et dans toute la Bolivie avec force danses et grelots.

Vierge de Luján : engoncée dans sa châsse albiceleste, la chétive statuette votive s'est assagie, après avoir donné tant de fil à retordre à ses premiers dévots – la voici désormais sagement installée dans sa grandiose basilique, recevant sans broncher les hommages de la Nation. Ce qui ne l'empêche pas de jouer les ubiquistes aux quatre coins du pays.

Massifs

Andes boréales, Cordillère Orientale : curieusement, cet imposant massif ne frappe pas tant par ses lignes de crête, qui pourtant culminent à plus de 5.000 mètres, que par les gorges qui le lacèrent : Valles Calchaquíes ou de Yocavil, Quebradas de Humahuaca, de las Conchas, del Toro, un véritable labyrinthe aux formes et couleurs pyrotechniques.

Gastronomie

Torta Fritaaperçu

Héritages

Ponchoaperçu

Industrie

Laineaperçu

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?