Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > La damnation des fosses

La damnation des fosses

qu'elles soient nasales ou d'orchestre, il fallait que le Malin les parraine, tant il semble que ces formations torturées, aux couleurs infernales, aient été pétries par une tectonique diabolique – et que dire de la sisyphéenne Ruta 47, dont les lacets acharnés relèvent de la pure sorcellerie ? Laissez-vous tenter...

photo en cours de chargement...

« Pour un 1er janvier, rien de tel que d'aller faire trempette en bord de mer ! A une dizaine de kilomètres de Cafayate, cette plage de sable fin attire une foule de baigneurs ! »

lire la suite

Nombre de photos : 33

Date : 01/01/2008

Localisation : CatamarcaArgentine – région Noroeste SaltaArgentine – région Noroeste

Ce carnet fait partie du périple : Des Andes à la Lune

Les photos que nous avons ratées

En raison d'une véhémente protestation indigène bloquant tout accès à Quilmes, et visant à reprendre en main la gestion du site jusque là laissée à de trop mercantiles autorités provinciales, nous n'avons pas pu visiter la splendide citadelle des Diaguitas. Il faudra attendre quelques mois avant que nous puissions récidiver, avec succès : voir notre album.

Comment y aller ?

Au départ de Cafayate, emprunter la Ruta 68 qui remonte vers le Valle de Lerma et Salta Capital. Cette route traverse les Médanos, puis pénètre dans la Quebrada de las Conchas, dont les différentes attractions (Anfiteatro, Garganta del Diablo, miradors, etc.) sont indiquées par des panonceaux.
De retour sur Cafayate, prenez la Ruta 40 vers le sud ; au bout d'une cinquantaine de kilomètres, vous atteindrez l'embranchement pour Quilmes, sur votre droite – le site se trouve à 5 kilomètres de la Ruta 40.
Depuis ce même embranchement, poursuivez la Ruta 40 au sud sur une soixantaine de kilomètres ; la Ruta 47 apparaîtra alors sur votre gauche – c'est une piste cahoteuse de longue haleine ; les 30 premiers kilomètres se déroulent dans le Campo Arenal, vaste plaine aride ; les 20 suivants entament l'ascension des Nevados del Aconquija et permettent d'atteindre Las Capillitas, d'où on peut accéder à la mine de rhodochrosite – ce tronçon est le plus pentu, sans être particulièrement dangereux ; les 50 derniers kilomètres sont les plus longs, et les plus beaux : il s'agit de la route de corniche qui franchit les Nevados del Aconquija puis redescend sur Andalgalá. Il va sans dire que cette route en terre, aux archaïques remblais de pierre, est vivement déconseillée par mauvais temps – les orages peuvent être brutaux dans la région, et la route en faire les frais. Comptez trois bonnes heures en tout, de la Ruta 40 jusqu'à Andalagalá.

Où dormir ?

A Andalagalá, nous avons testé deux établissements. L'hôtel Aqua Sol, d'une part, un genre de motel correct, simple et moderne, mais assez éloigné du centre – grande piscine, prise d'assaut par les enfants d'Andalgalá le dimanche (Avenida Carranza esquina Luis Valdez – Tel: 03835 422615).
La casona La Vuelta de Olegario, d'autre part : une ancienne demeure un rien défraîchie mais pleine de charme, avec un joli patio et des hôtes typiques et charmants (voir le site www.argentinaturismo.com.ar).
Sans aucun doute plus agréable – et plus cher – nous avons visité l'Estancia El Condado de Huasan, sur la Ruta 47, km 3, un peu en-dehors d'Andalgalá – un très beau cadre, et on y produit une excellente huile d'olives ! Tel: (03835) 422493 / 422639. Mail : huasan@arnet.com.ar. Plus d'infos ici.
Sur le trajet-même de la Cuesta de las Capillitas, à près de 3000 mètres d'altitude et dans des parages désolés, le Refugio del Minero est un établissement idéal si vous désirez visiter la mine de rhodochrosite Santa Rita (voir cette fiche pour plus de détails).

Où et que manger ?

Nous ne saurions que trop recommander une halte à l'Estancia El Condado de Huasan, productrice d'une succulente huile d'olive – voir informations ci-dessus.

Ce que nous avons visité

Archéologie

Quilmes : sans doute le site le plus spectaculaire et symbolique de toute la civilisation précolombienne argentine, cette labyrinthique cité étagée à flanc de sierra témoigne du rayonnement de la culture Diaguita, qui sut résister aux Incas puis aux Espagnols, avant d'être exterminée par ces derniers.

Cuestas

Cuesta de las Capillitas : ce qui semble être un raccourci sur la carte est en fait un zig-zagage interminable et vertigineux qui permet l'accès à deux gisements de rhodocrosite exploités dans les contreforts du Nevado del Aconquija. La patience est une précieuse vertu...

Réserves

Quebrada de las Conchas : reliant les Vallées de Lerma et Calchaquíes, cet ample canyon possède des teintes rougeâtres presque violacées qui ont inspiré une toponymie avide de sensationnel : la “Gorge du Diable” est une étape obligée, qui ravira les amateurs de crapahutage.

Vallées

Valles Calchaquíes : attirés comme des mouches par un tourisme vinicole en plein essor, Franchutes et Yanquis grouillent littéralement sur cette portion déjà bien saturée de la Ruta 40, qui serpente de merveilles géologiques en prodiges d'érosion. Pris dans la tourmente, les derniers des Diaguitas tâchent de tirer profit de cette nouvelle invasion...

Valle de Lerma : végétation luxuriante, mais pas étouffante ; microclimat ensoleillé aux températures câlines ; les cimes de la Cordillère Orientale comme éternel sujet d'extase, les rivières et lacs des Sierras Subandines pour se prélasser – puis on goûte le frais à l'ombre des arcades anciennes. En somme, un vrai petit coin de paradis !

Géographie et thématiques culturelles

Héritages

Pueblos Originarios : jadis décimées, longtemps brimées, récemment encore niées, les communautés indigènes donnent aujourd'hui de la voix à grand renfort de revendications politiques et de réappropriation identitaire, donnant lieu à de virulents conflits mais aussi à une salutaire remise en question de l'identité nationale argentine.

Massifs

Sierras Pampeanas Orientales, El Aconquija : quel dieu bâtit ce titanesque mastaba, qui oppose sa silhouette brutale au vaste chaco ? Nul ne le sait. Mais en dépit des barbelés de selva qui en garnissent le pourtour oriental, le trésor qu'Il y entreposa naguère, cette fabuleuse Rose de l'Inca, n'a pu résister aux pilleurs de sarcophages...

Andes boréales, Cordillère Orientale : curieusement, cet imposant massif ne frappe pas tant par ses lignes de crête, qui pourtant culminent à plus de 5.000 mètres, que par les gorges qui le lacèrent : Valles Calchaquíes ou de Yocavil, Quebradas de Humahuaca, de las Conchas, del Toro, un véritable labyrinthe aux formes et couleurs pyrotechniques.

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?