Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Télescopage et carambolage

Télescopage et carambolage

un palais omeyyade, un observatoire astronomique, un carivelodrome – le Valle de Calingasta recèle des attractions pour le moins contrastées ! Quant à celui de Tulum, ne vous y attardez pas trop parmi les vignes... ou vous pourriez faire les frais d'une certaine vision du code de la route...

photo en cours de chargement...

« Après quelques centaines de kilomètres de morne plaine, et plusieurs milliers d'insectes explosés sur le pare-brise, nous abordons les premiers reliefs andins de la Sierra de Talacasto, Province de San Juan. »

lire la suite

Nombre de photos : 57

Date : 20/03/2008

Localisation : San JuanArgentine – région Cuyo

Ce carnet fait partie du périple : Le ciel, tentatives d'approche

Quelques précisions

Pour la visite du Parc El Leoncito et de ses observatoires, reportez-vous à la fiche du Leoncito.

Les photos que nous avons ratées

Malencontreusement, nous ne sommes pas parvenus à photographier la très amusante plante éponyme du Parc National El Leoncito (“Le Lionceau”) : une sorte de grosse touffe drue de poils dorés, dont l'aspect pourra faire penser au roi de la jungle ou à une grosse éponge.

Comment y aller ?

Au départ de San Juan Capital, prendre la Ruta 40 plein nord, direction Jáchal – au bout d'une soixantaine de kilomètres, un carrefour vous permet de prendre à gauche, vers Calingasta (RP436, puis RP149). Une fois à Calingasta, poursuivez la RP149 cap au sud ; elle dessert toute la vallée, à commencer par El Alcázar, puis Barreal, enfin El Leoncito.
Pour redescendre sur San Juan Capital par une route différente, poursuivez la RP149 jusqu'à la limite provinciale avec Mendoza (et admirez le sommet enneigé de l'Aconcagua, que l'on visualise très bien par beau temps) ; à cet endroit précis, une piste part à gauche (la RP153) – attention : ne vous y engagez sous aucun prétexte si le ciel menace, ou s'il a plu récemment, car cette piste en piteux état emprunte le cours d'un oued !
Une fois en bas, vous passez à Los Berros, puis à Villa Media Agua (après avoir traversé la Ruta 40) – ensuite, zigzaguez entre les vignes jusqu'à parvenir à Caucete (demandez peut-être votre chemin, le secteur est labyrinthique !) ; de là, vous pourrez prendre la RN141 direction Chepes / Valle Fértil / la Rioja : à une trentaine de kilomètres de Caucete, peu avant Vallecito (et le sanctuaire de la Difunta Correa – voir album suivant du périple), se trouve le sanctuaire de Nicolás Caputo.

Où dormir ?

Pour le logement, abondant mais de qualité très variable, reportez-vous à la fiche du Valle de Calingasta.

Où et que manger ?

A Calingasta, faites une petite pause pour savourer les succulentes pommes qui y sont produites. Lorsque nous y sommes passés en 2008, la municipalité en offrait aux touristes à l'entrée du village !
A Barreal, El Alemán, comme son nom l'indique, propose d'excellentes spécialités allemandes – à commencer par une délicieuse bière artisanale. Un petit coin de saveurs dans un paysage gastronomique assez pauvre (du moins en 2008 – mais il y a fort à parier que l'offre va aller s'étoffant, vu le développement touristique de Barreal).
Si vous voulez déguster une authentique costeleta a la riojana (même si l'on est à San Juan), le routier qui est au carrefour des RP153 et RN40, au sud de San Juan Capital, propose la meilleure (et la plus généreuse) que nous ayons jamais dévorée.

Ce que nous avons visité

Dévotions

Gauchito Gil : hep hep hep !! Vous venez de dépasser à toute vitesse une petite cahute rouge vif bâtie de bric et de broc sur le bas-côté, et vous n'avez pas daigné klaxonner respectueusement en l'honneur du Gauchito ? Malheureux !! Vous ne souhaitez donc pas mettre toutes les chances de votre côté pour arriver à bon port ??

Réserves

El Leoncito : outre la conservation du “lionceau” éponyme, qui n'est autre qu'une plante en forme de crinière léonine, le propos de ce Parc National est aussi de préserver la limpidité exceptionnelle du ciel, qui est le terrain de chasse d'une autre espèce de prédateur très présente dans cette réserve : les télescopes !

El Alcázar : il s'agit effectivement d'un improbable château, avec tourelles, donjons, fossés et remparts – mais ses architectes ne sont autres que l'érosion éolienne et fluviale, qui ont remodelé ce camaïeu jaunâtre de strates triasiques à la faveur d'un assaut de l'invincible tectonique.

Vallées

Valle de Calingasta : dans cet écrin aux splendides camaïeux de rose resplendissent le collier étincelant du Balcon des Six, les perles immaculées de dodus observatoires astronomiques et le miroir cuivré d'un lac asséché. Séjour idyllique en prise directe avec l'air le plus pur du pays. Délectez-vous sans retenue des pommes locales, de réputation nationale !

Géographie et thématiques culturelles

Industrie

Vini-viticulture : tôt présente dans les bagages des Espagnols, la vigne colonise le piémont andin et génère un lucratif commerce à l'échelle du Vice-royaume. Laminé par les guerres d'Indépendance et l'expansion des productions européennes, le secteur amorce un boom remarqué depuis quelques décennies et les bodegas font leurs choux gras du tourisme !

Chaux : dans les parages de la Sierra del Zonda, le vent éponyme brusquement s'est levé et ses bourrasques brûlantes accablent les riverains jusqu'à l'hébètement – de surcroît, il charrie une poussière blanchâtre qui vous prend à la gorge : même quand souffle ce fœhn infernal, la carrière de chaux ne chôme pas !

Dévotions

Dévotions diverses : un ermite athénien du VIIème siècle, un chauffeur de taxi contemporain assassiné, un bébé mort-né puis ressuscité, un profil christique taillé par l'érosion... A côté des dispensateurs avérés de miracles, une foule de dévotions secondaires permet d'attirer les meilleurs auspices ou de conjurer le mauvais sort...

Massifs

Andes centrales, Cordillère frontale : si l'on file la métaphore poliorcétique, cette cordillère dont les parois sont badigeonnées d'aplats sanglants et hérissées de tourelles rocailleuses (capuchonnées de névés éblouissants), précédée de la barbacane de la Précordillère, se présente comme l'ultime défense du redoutable donjon de l'Aconcagua.

Andes centrales, Précordillère : dans la complexe imbrication de remparts qui fortifie les Andes, ce cordon moins élevé fait office de bastion avancé, son faîte aiguisé ménageant de loin en loin la poterne chicanée d'une quebrada. A défaut d'huile bouillante, les torrents estivaux qui s'y précipitent ne sont pas sans danger...

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?