Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Sculpteurs et tambourinements

Sculpteurs et tambourinements

se défiant de part et d'autre du Paraná, Corrientes et Resistencia offrent au touriste des attraits contrastés : orgie de plumes et de tambours rive gauche, musée à ciel ouvert rive droite – et pourquoi ne pas profiter des deux depuis que le Pont Belgrano les relie ?

photo en cours de chargement...

« Le Paraná – savante alchimie de puissance et d'indolence. Dans la torpeur d'une chaude matinée d'été austral, de rares embarcations osent affronter les Sept Courants éponymes de la ville de Corrientes. »

lire la suite

Nombre de photos : 78

Date : 02/02/2008

Localisation : ChacoArgentine – région Chaco CorrientesArgentine – région Litoral

Itinéraire bis

Si vous disposez de plus de temps, Corrientes est un bon point de départ pour aller visiter la lointaine province de Formosa, à seulement 185 km au nord – sans ça, cette province paradisiaque pour les amateurs d'ornithologie risque de vous semblez trop loin et excentrée aux prochaines vacances...

Comment y aller ?

La ville de Corrientes est desservie régulièrement par les cars au départ de Córdoba ou Buenos Aires (et d'autres capitales provinciales). Depuis Corrientes, un taxi vous conduira à peu de frais jusqu'à Resistencia, de l'autre côté du Paraná. Pour gagner Paso de la Patria, mieux vaut emprunter un mini-bus – il en part à intervalles réguliers les week-ends et jours fériés.

Où dormir ?

L'Hôtel Orly où nous avons dormi ne nous a pas laissé un souvenir ému. Il y a vraisemblablement d'autres offres hôtelières, même si Corrientes n'est pas aussi touristique que d'autres villes – c'est un tort, le Carnaval y est plus authentique qu'à Gualeguaychú...

Où et que manger ?

Ne manquez pas les nombreux restaurants de poisson qui bordent le Paraná, tout le long de la Costanera. La vue sur le grand fleuve est très agréable, et les plats que l'on y sert, s'ils ne sont pas très évolués, ont toutefois le mérite d'être bons et de vous changer de la sempiternelle barbaque.

Ce que nous avons visité

Villes

Corrientes : lorsque le Carnaval estival n'emporte pas ses habitants dans une sarabande fiévreuse aux débordements parfois excessifs, cette belle cité sise dans un coude du Paraná sommeille lourdement sous un soleil de plomb, et les plages étroites qui jalonnent les rives du grand fleuve brun sont le refuge obligatoire des après-midis orageuses.

Resistencia : depuis l'ouverture du Pont Belgrano, qui relie la capitale du Chaco à celle de Corrientes, les édiles de la première ont pu constater la nette supériorité stylistique (et touristique) de la seconde. Pour palier cette disgrâce, ils ont conçu un musée urbain de la sculpture, à ciel ouvert – entreprise très méritoire, sinon pleinement convaincante.

Géographie et thématiques culturelles

H2O

Río Paraná : le cours puissant de ce mastodonte drague les rives polychromes du Litoral argentin : la pourpre des Missions, les ocres de Mésopotamie, nénuphars et feuillages du Delta, un soupçon de pollution, et toute cette peinturlure épaisse s'en va badigeonner un estuaire que, curieusement, on s'entête à croire argenté.

Héritages

El Libertador San Martín : quand les autorités sont en panne d'imagination, il est le meilleur recours pour baptiser ponts, rues ou colonies – la toponymie locale est assurément le meilleur Tombeau de sa gloire, qui du reste doit beaucoup à son rapide exil : en somme, on lui sait gré d'avoir été traîner ses éperons ailleurs... Hommage au renegado magnifique.

Pueblos Originarios : jadis décimées, longtemps brimées, récemment encore niées, les communautés indigènes donnent aujourd'hui de la voix à grand renfort de revendications politiques et de réappropriation identitaire, donnant lieu à de virulents conflits mais aussi à une salutaire remise en question de l'identité nationale argentine.

Folklore : oubliez le tango, relégué aux faubourgs ouvriers du Río de la Plata – l'essence de l'identité argentine se manifeste avec fougue et solennité dans un répertoire foisonnant de genres musicaux populaires d'une grande force émotionnelle : zamba, chacarera, chamamé, etc. Enfilez vos bottes, empoignez votre guitare ou dépliez votre mouchoir, « y se va la primera ! »

Malouines : « ¡PROHIBIDO OLVIDARLAS! » – immanquablement proclamée à l'entrée et à la sortie de la moindre ville, sur les monuments aux Morts ou encore sur les pin's, cette devise rythme l'actualité politique et diplomatique depuis des décennies. Et les Malouins, dans tout ça ?

Carnaval : un peu éclipsés par leurs homologues brésiliens, les carnavals de la Mésopotamie argentine ont le mérite d'être moins assaillis de touristes, et rivalisent vaillamment de couleurs et de tambours ! Une grande fête populaire où l'héritage guaraní est revendiqué fièrement avec force plumes et paillettes.

Dévotions

Evita : c'est, avec Maradona, l'une des égéries les plus fameuses, et les plus controversées, de l'Argentine contemporaine. L'adulation que lui voue une bonne moitié de la population n'a d'égale que la haine qu'elle suscite dans le camp opposé. Madone ? Pasionaria ? Sorcière ? A vous d'en juger...

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?