Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Cime et châtiment

Cime et châtiment

la confrontation tant attendue va-t-elle enfin avoir lieu ? Nous remontons la piste sulfureuse de la cruelle érinye, la traquant inlassablement sur les crêtes de la Cordillère, persuadés de lui mettre promptement le grappin dessus – mais la Pachamama a plus d'un tour dans son sac. Et le soroche n'est pas le moindre de ses anathèmes.

photo en cours de chargement...

« On a beau chercher, rien n'y fait : pas la moindre empreinte de son pas monstrueux – et pourtant, si la Pachamama fréquente les parages, elle a bien dû traîner ses bottes de sept lieues de par l'incontournable Salar de Arizaro... »

lire la suite

Nombre de photos : 44

Date : 23/03/2009

Localisation : SaltaArgentine – région Noroeste

Ce carnet fait partie du périple : La montée aux Enfers

Quelques précisions

En ce qui concerne le soroche, ou mal de l'altitude – comment s'en prémunir, comment s'en accommoder – reportez-vous à notre fiche consacrée à la Puna.
Précisons tout de suite que les terribles symptômes que nous décrivons dans cet album ont été un peu biaisés pour les besoins du scénario... Pour ma part, je n'ai absolument pas été affecté ; mais en ce qui concerne mon acolyte, il a vraiment trinqué – non seulement a-t-il écopé de la nausée et de la migraine d'usage, mais par-dessus le marché le climat trop aride qui règne aux alentours du Salar de Arizaro a affecté son système pulmonaire ; le médecin de Tolar Grande nous a prescrit manu militari une cure de repos au Valle de Lerma (voir suite du périple).
Autre précision : malgré les épithètes peu flatteurs que nous lui flanquons et les récriminations que nous proférons à son encontre, eux-aussi tributaires de notre puéril scénario, nous ne voulons en aucun cas offenser la Pachamama : ni elle, ni ses adeptes. Les cultes précolombiens ont tout notre respect – on a assez morflé comme ça en taquinant Gauchito Gil...

Itinéraire bis

Depuis La Casualidad, une piste part au sud et s'aventure dans un secteur très marginal et splendide de la Puna, sur le territoire de la province de Catamarca. Elle permet par exemple de rejoindre Antofalla et son magnifique salar, puis Los Nacimientos et Antofagasta de la Sierra. Ou encore de rallier le Paso de San Francisco. Les plus aventureux trouveront là un champ d'exploration aussi démesuré que grandiose. Inutile de préciser que cette option demande de l'expérience et beaucoup de vigilance.

Comment y aller ?

Cette excursion s'effectue au départ de Tolar Grande. Pour vous y rendre, suivez les instruction que nous donnons sur la fiche correspondante.
Ensuite, poursuivez la RP27 par laquelle vous êtes arrivés, cap à l'Ouest. La piste traverse le Salar de Arizaro puis commence à grimper dans la Cordillère Occidentale. Au bout de 68km (à altitude constante depuis Tolar Grande), vous arrivez à un carrefour : la route qui part à droite mène à la gare de Caipe et au Paso de Socompa, en suivant la voie ferrée du Tren a las Nubes ; à gauche, elle est asphaltée et mène au complexe minier de La Casualidad – La Julia (65km).

Contacts, horaires, informations diverses

Si vous avez besoin d'un guide, ou d'une auto capable de grimper à La Julia, adressez-vous à la municipalité de Tolar Grande. Cette dernière localité est la seule qui puisse offrir logement et repas – ainsi que du carburant, sur réservation préalable.

Ce que nous avons visité

H2O

Salar de Arizaro : convoité par de grandes langues volcaniques qui en pourlèchent avidement la surface, ce miroir magique renvoie des reflets changeants, tantôt opaques, tantôt aqueux, dont les nuances virent du rose au bleu, du blanc au noir – miroir, mon beau miroir... En définitive c'est toujours lui le plus beau !

Mines

La Julia – La Casualidad : juchée à plus de 5200 mètres d'altitude, comme en équilibre sur la croupe de la Cordillère, l'ultime station du téléphérique a laissé filer la pelote d'acier – les bennes gisent ici et là dans le désert d'un champ de pierre ponce. Le gisement de soufre est resté en plan ; à l'horizon le Volcan Azufre fulmine de rage. Gare au soroche...

Parcours

Train des Nuages : j'en vois déjà qui protestent : « pas question de laisser mon auto pour un tortillard ! » – qu'à cela ne tienne : quand bien même il peut-être amusant de passer 17 heures dans un wagon à franchir des viaducs bancals et des zigzags alambiqués, sachez que vous n'atteindrez les limbes du terminus qu'en 4x4, par une piste... infernale.

Réserves

Los Andes : englobant près d'un dixième de la vaste province de Salta, cet échantillon de Puna qui s'étend de la Cordillère Occidentale à la Cordillère Orientale est d'une richesse paysagistique incroyable, une source inépuisable d'émerveillement, le summum de la magnificence des Andes – une réserve qui n'a pas usurpé son nom !

Villes

Tolar Grande : en dépit des apparences, ce hameau aux masures vétustes, pelotonnées autour d'une place centrale la plupart du temps déserte, et doté d'une gare qui n'a plus que des wagons rouillés à trier, n'est pas un village fantôme – la municipalité se décarcasse pour promouvoir les beautés incomparables de ce coin de Puna.

Géographie et thématiques culturelles

Écosystèmes

Hautes Andes : à des altitudes comprises entre deux et sept mille mètres, la végétation se cantonne généralement à quelques coironales mouchetant de leurs jaunes léonins les sols minéraux ou volcaniques, quand la neige ne les recouvre pas. Peu de bestioles se risquent dans ces parages – elles se savent dans le collimateur des condors.

Puna : retranchée derrière d'abruptes cordillères, cette inexpugnable forteresse bardée de donjons volcaniques héberge une faune rare mais précieuse, dans un environnement désertique aux coloris extraordinaires. Envahisseur, prends garde : son atmosphère éthérée te coupera le souffle plus sûrement qu'une hallebarde !

Zoologie

Zorros (renards) : Maître Carancho sur un algarrobo perché tenait en son bec une charogne ; Maître Zorro, par l'odeur émoustillé, ne lui tint nul langage et préféra se jeter sur le dodu oiseau plutôt que sur le cuis avarié ; gare à ce canidé rusé qui hante les rudes déserts de la steppe et de la Puna – de quoi avoir les crocs.

Vigogne : le balancement augustement chaloupé de son altier port de tête dessine une moue dédaigneuse sur ses babines, cet air pincé qu'elle arbore continuellement, et son regard profond soigneusement rehaussé d'un fard de jais révèle un détachement souverain, la sérénité olympienne des habitants de la céleste Puna. Un ange passe.

Botanique

Rica-rica : on ne lui prête guère attention, subjugué que l'on est par le profil effrayant d'un volcan ou par le miroir évanescent d'un salar – mais regardez-y de plus prêt : pas une sierra, pas une vallée qui ne soient défigurées par ces tavelures jaunes, petits pustules rêches qui, cependant, sont agréablement parfumés.

Gastronomie

Horno de barro : appareil ménager indispensable pour réussir son lechón, ses humitas ou même une bonne pizza, le “four en terre” orne nombre de cours de ferme, et certains appartements urbains en exhibent sur leur terrasse. Bâti en adobe, ces briquettes de paille et de boue séchée, il distille aux aliments qui y cuisent une saveur incomparable.

Massifs

Andes boréales, Cordillère Occidentale : cette portion plutôt hermétique de la frontière entre Chili et Argentine a des airs de Ligne Maginot, avec sa batterie de strato-volcans campés sur le glacis de la Puna comme des bunkers, leurs bouches braquées vers le ciel en une menace latente d'ouvrir le feu dévastateur de leurs munitions magmatiques.

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?