Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Le bruit et la fureur

Le bruit et la fureur

les chutes d'Iguazú, alias “Las Cataratas”, sont une définition particulièrement marquante du mot « déferlement » : avec une furie diabolique, le río déchaîné roule des flots brunâtres et semble vouloir tout emporter sur son passage. Laissez-vous bercer par une Wassermusik façon Iron Maiden.

photo en cours de chargement...

« Lendemain de fête à Bernardo de Irigoyen, ville la plus orientale du pays. La nuit a été festive dans ce petit motel défraîchi, à côté d'une station-service très appréciée des poids-lourds. Literie pour poids-plumes. »

lire la suite

Nombre de photos : 52

Date : 30/04/2008

Localisation : MisionesArgentine – région Litoral

Ce carnet fait partie du périple : La Quête du Maté

Quelques précisions

Vous trouverez toutes les informations relatives aux Chutes d'Iguazú (accès, horaires, recommandations) sur notre fiche Iguazú.

Comment y aller ?

Cet album débute à Bernardo de Irigoyen (à 320km de Posadas, capitale des Missions). Il suffit de prendre la RN101 pour vous rendre à Iguazú ; elle est asphaltée sur une centaine de kilomètres, jusqu'au carrefour pour Andresito ; ensuite, les 50 derniers kilomètres sont une belle piste en terre rougeâtre, très agréable sèche, mais sans doute impraticable mouillée – prenez garde à la météo ! En cas d'averse récente ou imminente, il vous faudra faire un grand détour de plus de 200km par El Dorado.

Ce que nous avons visité

Réserves

Iguazú : on peut rester indifférent au charme bucolique d'une cascade – mais Iguazú vaut davantage qu'une vulgaire chute d'eau : “Las Cataratas”, c'est une apocalypse aquatique, un typhon gargantuesque et permanent qui menace de submerger vos sens à tout instant.

Géographie et thématiques culturelles

Écosystèmes

Selva paranense : ...du moins ce qu'il en reste, car cette portion de forêt subtropicale peut pleurer sa virginité, phagocytée qu'elle est par la sylviculture et les plants de thé ou maté friands de ses sols latéritiques. Maître Toucan sur un petiribí perché peut se gausser d'un Maître Yaguareté moins alléché par l'odeur qu'acculé par les planteurs.

Zoologie

Mygale (Tarántula) : il est des bestioles furtives que le photographe traque sans relâche mais toujours en vain : jaguar, puma et autre huemul tapis dans les profondeurs de la forêt. Il en est d'autres que l'on souhaiterait ne jamais croiser mais qui, comme un fait exprès, raffolent de notre divertissante compagnie... Portrait d'un importun velu.

Cuis (Cuy) : l'un des rares points communs qu'il y ait entre la forêt tropicale, un parc portègne, l'aride piémont andin ou la steppe fuégienne est ce petit rongeur apparenté au cochon d'Inde, qui constitue le plat de prédilection de l'autre point commun de ces mêmes écosystèmes : le charognard carancho. Que la nature est bien faite !

Coatí : « oh qu'il est mignon ! », exclamation rebattue dont les visiteurs des Chutes d'Iguazú saluent immanquablement cet amusant cousin du raton-laveur ; mais derrière sa bonhomie de façade se cache un redoutable larron qui est prêt à toutes les ruses pour capturer votre sandwich, recourant si nécessaire à l'agression pure et simple.

Héritages

Malouines : « ¡PROHIBIDO OLVIDARLAS! » – immanquablement proclamée à l'entrée et à la sortie de la moindre ville, sur les monuments aux Morts ou encore sur les pin's, cette devise rythme l'actualité politique et diplomatique depuis des décennies. Et les Malouins, dans tout ça ?

El Libertador San Martín : quand les autorités sont en panne d'imagination, il est le meilleur recours pour baptiser ponts, rues ou colonies – la toponymie locale est assurément le meilleur Tombeau de sa gloire, qui du reste doit beaucoup à son rapide exil : en somme, on lui sait gré d'avoir été traîner ses éperons ailleurs... Hommage au renegado magnifique.

Industrie

Sylviculture : ou déforestation incontrôlée ? Dans les Misiones, antichambre de la forêt amazonienne, la selva cède peu à peu la place au pin européen, plus apte à une exploitation industrielle. La conscience soulagée par quelques chétives réserves naturelles, les menuiseries soutiennent vaillamment la demande, moteur de l'économie provinciale.

Ornithologie

Urraca (Geai acahé) : elle semble si farouche au cœur de la selva, quand bien même elle ne passe pas vraiment inaperçue avec son frac indigo et sa culotte crème ; mais les populations accoutumées à la présence humaine sont bien moins peureuses : à Iguazú, elles fondent en escouades tourbillonnantes sur la moindre miette de sandwich – gare à votre décolleté !

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?