Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Les animaux malades de la sécheresse

Les animaux malades de la sécheresse

sale temps pour les riverains du Chaco – il n'a pas plu depuis des mois, et le Bermejo roule un flot plus sinistre que l'Achéron. Est-ce le Jaguar, vice-roi de la Jungle, qui décréta l'incarcération des coupables présumés ? Au zoo de concentration, ils ne mouraient pas tous – mais tous étaient tapés.

photo en cours de chargement...

« « Mais si ! Regardez le tampon : on est entrés par la Bolivie, je vous assure qu'il y a un poste frontière, à l'autre bout du Chaco ! ». Sitôt prononcé le toponyme maudit, on nous valide nos passeports plus vite qu'à des pestiférés. »

lire la suite

Nombre de photos : 32

Date : 31/08/2008

Localisation : FormosaArgentine – région Chaco ChacoArgentine – région Chaco

Ce carnet fait partie du périple : Contes et déconvenues du Chaco (et d'ailleurs)

Quelques précisions

Cet album ne brille pas par la luxuriance de ses écosystèmes... En cause, la longue sécheresse qui a accablé un large quart Nord-Est de l'Argentine, en 2008, puis en 2009, enchaînant étés secs et hivers incendiaires. Il semblerait qu'avec les fortes précipitations de l'été 2009-2010 la normale ait peu à peu repris ses droits.

Les photos que nous avons ratées

Deux absents. D'abord, les thermes de Presidencia Roque Saenz Peña, que nous avons bel et bien testés ; on nous en avait dit beaucoup de bien – mais cet établissement thermal un peu vieillot n'est tout de même pas bien exaltant, surtout en regard de toutes les stations thermales que compte le pays , dont beaucoup situées en extérieur dans des cadres idylliques ! Nous n'avons donc ni pu ni voulu prendre de photos.
Ensuite, beaucoup plus navrant, le Parc National Río Pilcomayo, et plus généralement la Province de Formosa. Faute de temps, nous n'avons pas pu nous aventurer dans cette province peu courue des touristes – et c'est un grand tort ; quelques reportages nous avaient convaincus qu'il y a fort à découvrir dans l'environnement sauvage des bañados du Río Pilcomayo, d'un bout à l'autre de la province. Un très grand regret, jamais réparé (malgré trois tentatives !).

Itinéraire bis

Si la visite du zoo de Presidencia Roque Saenz Peña ne vous emballe pas, ni les eaux thermales, vous aurez tout intérêt à obliquer à l'est plutôt qu'à l'ouest après avoir visité le Parc National Chaco – direction : Resistencia et (surtout) Corrientes, qui offrent davantage d'attractions – et, s'agissant de la seconde, de charme. Consultez notre album !
A noter : une fois à Presidencia Roque Saenz Peña, vous aurez l'occasion de poursuivre un peu la nationale 16 vers l'ouest et d'atteindre, par quelques pistes poussiéreuses, le très reculé et très farouche Parc National Copo, qui propose un échantillon particulièrement bien préservé du chaco seco. De grâce, soyez moins laxistes que nous, et tentez l'aventure !

Comment y aller ?

Depuis la frontière paraguayenne, on suit la nationale 11 (direction Buenos Aires). Étape à Formosa Capital. Puis, 32 km au sud de Formosa, à Tatané, prendre à droite : la route provinciale 1 vous permettra de découvrir les curieux fours à charbon... Par cette même route, traversez San Francisco del Laichi, Mayor Villafañe, El Colorado (vous entrez alors dans la Province du Chaco), puis General José de San Martín – de là, demandez votre route : une piste en terre rejoint l'entrée du Parc National Chaco, par Colonias Unidas et Capitán Solari.
Une fois ressorti du Parc, revenez sur vos pas jusqu'à Colonias Unidas, d'où une piste sablonneuse vous rapatriera au sud vers la nationale 16, laquelle relie en une (casi) ligne droite de près de 500 bornes la ville de Resistencia (capitale provinciale, à l'est) à la Province de Salta (à l'ouest), en desservant (bien avant) Presidencia Roque Saenz Peña.

Où dormir ?

Aucun hôtel mémorable à Formosa ou à Presidencia Roque Saenz Peña... Rien d'insurmontable non plus. Juste le charme indescriptible du désuet. Cherchez sur la place San Martín à Formosa, et dans la rue du même nom à Presidencia Roque Saenz Peña.

Ce que nous avons visité

Réserves

Chaco : hier ratiboisé par l'exploitation immodérée du quebracho colorado, aujourd'hui phagocyté par l'irrésistible avancée du soja, l'écosystème du chaco húmedo est conservé vaille que vaille par le Parc National Chaco – mais deux ans de sécheresse sont en train de lui porter un coup fatal...

Géographie et thématiques culturelles

H2O

Río Paraguay : cet affluent majeur du Paraná baptise un État paranoïaque qui n'en put jamais contrôler ni la source ni le débouché maritime, et subit son cours tel un rideau de fer scindant le pays en deux régions que tout – écosystèmes, cultures, développement – oppose dédaigneusement. Un fleuve qui, partant, gagne à être franchi plutôt qu'emprunté.

Écosystèmes

Chaco Seco : si l'épithète “impénétrable” lui colle à la peau, ce n'est pas tant en raison des rudes conditions climatiques (avec 45°C en été et peu d'eau, le terme approprié serait plutôt “invivable”) que de la densité des plantes xérophiles qui ont vite fait de coloniser toute ébauche de piste. Il faut être myrmécophage ou Mennonite pour y subsister !

Chaco Húmedo : cette marge plus humide du terrible Chaco est agrémentée de véritables oasis de vie (sinon de fraîcheur). Bosquets de quebrachos ou palmeraies de carandais ombragent une ribambelle de lagunes où s'abreuve quelque gracieux guazuncho, sous l'œil attendri de caïmans faméliques...

Zoologie

Yacaré (Caïman) : pour un peu, on ne l'aurait même pas vu approcher... Voguant juste sous la surface de l'eau, ses mirettes globuleuses seules émergeant, un intempestif réflexe caudal l'a trahi en éclaboussant la coque de notre esquif... Ces monstres ont beau bouder la chaire humaine, 3 mètres de long, tout de même, ça n'est pas rien...

Guazuncho (Daguet gris) : voici la doublure de Bambi pour les scènes tournées en zone torride – notamment Crocodile Bambi et le mythique corps-à-corps avec les yacares (plusieurs doublures y ont laissé des poils). A la ville, ce gracieux cervidé est plutôt farouche, et ne se départit jamais du précieux anonymat d'une paire de lunettes fumées...

Mara (Lièvre patagonique) : non moins apparenté au lièvre que l'éléphant de mer descend du mammouth, cet autochtone patagon est en fait un cousin du carpincho et, comme lui, un rongeur – on se demande d'ailleurs comment son arrière-train fluet pourrait rivaliser avec les cuisses de quelque sprinter que ce soit...!

Botanique

Palmas Caranda-i et Caranday : leur jupette froufroutant dans le vent, les pompom-girls du chaco agitent en cadence les palmes épinglées sur leurs moignons, et fléchissent leur corps de sylphide avec une langueur étudiée, en formation synchronisée. Sont-ce les rudes quebrachos les heureux dédicataires de ces groupies hystériques ?

Quebracho Colorado : ce cousin éloigné du quebracho blanco est le héros éponyme d'un film vindicatif, équivalent argentin de Germinal, où le tanin remplace la houille ; au drame humain, résultat de la politique esclavagiste de la société La Forestal, s'ajoute le désastre écologique des quebrachales qui ne se remirent jamais de l'hécatombe.

Industrie

Charbon de quebracho : jadis victime du génocide écologique perpétré par l'industrie tannique, le quebracho est aujourd'hui la cible d'un secteur moins vorace mais qu'on aurait tort de mésestimer au royaume de la parrilla : le charbon de bois. Au cœur du fruste Chaco, la production demeure souvent artisanale...

Ornithologie

Toucans : barbouillé comme il est de peinturlure à outrance, ce piaf tapageur ferait une égérie parfaite pour quelque marque de cosmétique... en bâtiment. Autant dire que dans le monochrome feuillage de la selva son bec passe aussi inaperçu que les cônes fluorescents d'un chantier de voirie dans la nuit... Le Roi de la Canopée est rhabillé pour l'hiver.

Jabirú : avec son uniforme blanc (d'une propreté plus ou moins irréprochable), son col cramoisi et sa caboche toute noire qu'on dirait une cagoule (à défaut d'un tricorne), ce grand échalas au bec inquisiteur à des airs d'officier d'ancien régime. Si d'aventure vous souhaitiez photographier la plus grande cigogne du nouveau monde, guettez-la au garde-à-vous !

Águila mora (Buse aguia) : c'est l'un des rapaces les plus imposants de tout le continent. Affichant un gabarit plutôt corpulent et un air particulièrement sévère, on le reconnaît au plumage gris bleu qui lui couvre la tête et la poitrine à la façon d'une grand cagoule de bourreau médiéval, qu'il porte sur une sorte de culotte de grognard. Un vrai personnage !

Perruches et Perroquets : harcelant les villages d'adobe de l'aube au crépuscule, heure à laquelle le strident brouhaha des cigales finit par le couvrir, le jabotage ricaneur des perruches fait partie du paysage sonore de l'Interior, et le tournoiement incessant de leurs formations verdoyantes aux reflets fluorescents achève de vous assommer les sens.

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?