Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Un parfum de Weißwurst

Un parfum de Weißwurst

de gros chalets aux balcons fleuris, une petite chapelle en bois blottie au cœur d'une forêt de pins, des paires de nattes blondes aux fenêtres : en pleines Sierras de Córdoba, rocailleuses et ventées, le Valle de Calamuchita a des airs de Mitteleuropa. Willkommen in Klein-Bayern !

photo en cours de chargement...

« Pour un week-end dépaysant, rien de tel que d'aller faire un tour à La Cumbrecita, petit patelin de montagne juché sur le rebord du Valle de Calamuchita, au pied des Altas Cumbres. »

lire la suite

Nombre de photos : 27

Date : 05/04/2008

Localisation : CórdobaArgentine – région Pampa

Quelques précisions

Cet album, centré sur La Cumbrecita, intègre également quelques photos de Villa General Belgrano, prises lors de notre premier week-end cordobais, début octobre 2007. Nous y avions assisté à l'Oktoberfest (Fête de la Bière). L'histoire de cette bourgade est des plus intéressantes : sur la base d'un petit hameau criollo, des colons allemands se greffent en 1932, et à force d'obstination font prospérer le village, malgré les rigueurs du Valle de Calamuchita – en 1937, la localité est consacrée sous le nom de Villa Calamuchita. Survient la Seconde Guerre Mondiale et, parmi ses premières péripéties, le sabordage du fameux cuirassé de poche nazi Graf Spee dans la baie de Montevideo, le 17 décembre 1939. L'équipage fut capturé et interné en Argentine. Une partie de cet équipage s'établit à Villa Calamuchita. Dans la tourmente des années de guerre, alors que l'Argentine hésite à rejoindre l'un des deux camps en guerre, plusieurs incidents sont provoqués par les anciens marins du Graf Spee – à Villa Calamuchita, un drapeau argentin est brûlé ; on ne parvient pas à déterminer qui sont les auteurs de ce fait, mais pour se blanchir de toute opprobre la municipalité décide de rebaptiser la localité du nom du créateur de la bannière argentine : le General Manuel Belgrano. Depuis lors, l'attachement des habitants à leur patrie d'adoption n'a plus fait l'ombre d'un doute.

Comment y aller ?

Depuis Córdoba Capital, il faut prendre la RP5 au sud, direction Alta Gracia ; une fois à Alta Gracia, poursuivre un peu au sud jusqu'à Anizacate, d'où la RP5 bifurque à l'ouest et part à l'assaut de la Sierra Chica ; de nombreuses courbes, dont il faudra vous méfier (et encore plus des automobilistes qui les couperont), vous mèneront jusqu'au Valle de Calamuchita, en longeant le beau Dique Los Molinos. Villa General Belgrano se trouve un peu au-delà de la pointe sud de cette retenue.
La Cumbrecita se niche dans le flanc des Altas Cumbres qui bordent le Valle de Calamuchita à l'ouest. Depuis Villa General Belgrano, vous devez remonter un peu au nord – suivez les pancartes. Si vous venez directement de Córdoba, vous aurez bifurqué bien avant Villa G. Belgrano, à Villa Ciudad de América, et contourné le Dique de l'autre côté. Là encore, la route est plutôt bien indiquée.

Où dormir ?

A La Cumbrecita, nous avons bien apprécié la posada La Domanda – des chambres un peu austères mais commodes ; un living agréable, un accueil chaleureux. Consultez leur site internet.

Où et que manger ?

La Cumbrecita et Villa General Belgrano offrent un beau panel de plats traditionnels allemands, de la choucroute à l'Apfelstrudel, en passant par les Würste et autres Gulashs... Toutes les adresses se valent. A Villa General Belgrano, vous trouverez une ribambelle d'épiceries proposant tout un tas de bocaux : escabèches (de chevreau, de sanglier, de loutre, de ñandú, de carpincho, de yacaré), fruits confits au sirop (“frutas en almibar” : de zapallos (courgettes), batatas (patates douces), higos (figues), quinotos, etc.), mais aussi de la (très bonne) charcuterie, du (moins bon) chocolat (très sucré), quelques chouettes fromages, plusieurs bières artisanales, et divers autres denrées encore...
Début octobre se tient la Fête de la Bière (Oktoberfest) – en juillet celle du Chocolat Alpin.

Ce que nous avons visité

Vallées

Valle de Calamuchita : c'est sans doute la vallée la plus exotique des Sierras de Córdoba, du moins pour le touriste argentin qui s'ébaubira parmi les pins alpins d'importation, s'extasiera devant les balustrades bavaroises et se pâmera en dégustant choucroute, apfelstrudel et goulash. Bienvenue dans la Petite Allemagne.

Villes

La Cumbrecita : pins européens d'importation et gros chalets dont les balcons vomissent des cataractes de géraniums : la “Petite Allemagne” a de quoi repaître la fringale d'exotisme des Argentins, privés de voyages outre-atlantiques depuis la fin de “La Parité”. Au sens propre, apfelstrudel et forêt noire ne sont pas moins bourratifs.

Géographie et thématiques culturelles

Héritages

Melting-pot : lorsque dans la deuxième moitié du XIXème siècle le gouvernement national fit appel à l'immigration massive de travailleurs et colons européens pour moderniser radicalement le pays, ceux-ci amenèrent dans leurs bagages les coutumes de leurs ancêtres, terreau de la juvénile Nation argentine. Peuples originels et noirs africains en furent pour leurs frais...

Folklore : oubliez le tango, relégué aux faubourgs ouvriers du Río de la Plata – l'essence de l'identité argentine se manifeste avec fougue et solennité dans un répertoire foisonnant de genres musicaux populaires d'une grande force émotionnelle : zamba, chacarera, chamamé, etc. Enfilez vos bottes, empoignez votre guitare ou dépliez votre mouchoir, « y se va la primera ! »

Dévotions

Vierges en vrac : en dépit des idolâtries diverses qui sont en vogue en Argentine, la Vierge Marie conserve la pole position dans le palmarès des dévotions. Sous de multiples oripeaux, elle squatte troncs et guérites, et ses sanctuaires ne désemplissent pas. Toujours de blanc et de bleu ciel vêtue, en bonne patriote.

Massifs

Sierras Pampeanas Australes, Altas Cumbres : pour franchir cette deuxième haie du saut-d'obstacle cordobais, que peu de routes se risquent à courir, la meilleure option est aérienne : ce massif escarpé est le paradis des parapentistes et autres deltaplanistes (sans parler des escaladeurs), qui disputent le ciel aux majestueux condors.

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?