Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > La saveur de la papaille rose

La saveur de la papaille rose

leur plumage fuselé aux étincelants reflets de gemmes, une multitude de colibris vrombissants hante les canaux ombragés du Delta du Paraná. Sans se poser un seul instant, ils papillonnent comme des mouches autour des massifs d'hortensias ou des abreuvoirs suspendus aux balcons. Paradisiaque...

photo en cours de chargement...

« Bienvenue à Tigre. Son nom terrible (et erroné) n'effraie plus les visiteurs depuis que le dernier des yaguaretés y a été exterminé. C'est même devenu la villégiature dominicale en vogue, et l'on se presse pour embarquer à bord des lanchas de l'Interisleña. »

lire la suite

Nombre de photos : 20

Date : 29/11/2008

Localisation : Buenos AiresArgentine – région Pampa

Quelques précisions

Le Delta du Paraná (également appelé Delta del Tigre) est un endroit idéal pour se changer totalement les idées sur un weekend (pour les habitants de Buenos Aires) ; la végétation est luxuriante, certains établissements possèdent une petite plage, et l'on peut se baigner dans les canaux – à condition toutefois de vous éloigner un maximum de Tigre ! Nous vous déconseillons fortement les abords du Río Sarmiento, qui est le canal principal par lequel transitent tous les bateaux – c'est tout bonnement infernal.

Les photos que nous avons ratées

La petite ville de Tigre même n'a pas un très grand intérêt. Nous avons cependant passé une bonne heure au Puerto de Frutos, pour prolonger le week-end avant de rentrer sur Buenos Aires : il s'agit d'un grand marché d'artisanat, aux allures de kermesse. Si le cœur vous en dit, vous pouvez également tuer le temps au fameux Parque de la Costa, petit parc d'attraction fleurant bon l'Argentine populaire – ne manquez pas la grande roue.

Comment y aller ?

Tigre est la porte d'entrée du Delta du Paraná. Cette petite ville est située à 30 kilomètres au nord-ouest de Buenos Aires. On y accède facilement en auto par la Nationale 9 (Panamericana), mais le plus simple est sans doute de prendre le train à la gare Mitre (quartier de Retiro) : départs tous les quarts d'heure, une petite heure de trajet (lignes & horaires ici : Tren Mitre).
Une fois à Tigre, rendez-vous à la Estación Fluvial (“gare fluviale”), sise au 305 de l'avenue Gral. Bartolomé Mitre (c'est juste en face de la gare ferroviaire, le long du canal). De là partent tous les bateaux de ligne qui parcourent les canaux et arroyos du Delta. Mais vous devrez avoir choisi votre destination au préalable, car sans cela impossible de s'en sortir : les nombreux pontons où s'arrêtent les lanchas (omnibus fluviaux) desservent une poignée d'établissements seulement ; une fois débarqué, vous ne pourrez guère prospecter ni reprendre la prochaine lancha aussi facilement pour tenter votre chance plus loin... Il est donc à peu près impératif de réserver votre logement sur le web, lequel vous fournira les indications précises pour venir (ligne et horaire de lancha).
Attention : la fréquence des départs, quelle que soit la destination, n'est pas très élevée, surtout si vous avez prévu d'aller loin dans le Delta. A titre d'exemple, l'aller jusqu'aux Pecanes, de l'autre côté du río Paraná de las Palmas, prend une heure et demi, et les départs du samedi matin n'ont lieu qu'à 8h30 et 9h30 (vendredi soir : 19h). Ne ratez pas le coche !

Où dormir ?

Nous avons effectué plusieurs séjours dans le Delta (2008, 2010, 2015). Contrairement à ce que nous laissons entendre dans cet album, qui fusionne les photos de ces différents weekends, nous n'avons pas logé au même endroit.
L'Hostería Los Pecanes (au milieu des hortensias, photo 11) est située de l'autre côté du Paraná de las Palmas, dans un secteur beaucoup plus sauvage et tranquille du Delta. Elle offre des chambres un peu simplettes, et quelques cabanes ; dans l'ensemble l'endroit est vraiment agréable, et les hôtes sympathiques. Pour tout renseignement, voir leur site internet : www.hosterialospecanes.com.
Les Cabañas Basilea (dont on voit la petite plage, photo 18), rustiques, sont correctement équipées – notamment de l'indispensable asador et d'une batterie de planchettes à découper. Situées en-deçà du río Paraná de las Palmas, elles sont moins isolées que Los Pecanes et cela vous permettra, d'un coup de lancha privée, d'aller dîner ailleurs ou, à pied en suivant la berge, de faire vos courses pour préparer l'asado. Consultez leur site pour plus d'informations : www.cabaniasbasilea.com.ar.
Pour une expérience plus épicurienne, nous ne saurions que trop suggérer La Becasina Delta Lodge, pour un séjour en pension complète où vous serez bichonnés et rassasiés à intervalles fort rapprochés ; cadre idyllique, bungalows de charme, piscine formidable, activités variées. Surtout, vous avez plusieurs moyens de transport à votre entière disposition pour naviguer sur les bras ombragés du Delta alentours : pédalo, canot, kayak... Un endroit exceptionnel ! Voici leur site : www.labecasina.com.
Important : compte tenu des problèmes de logistique dans le dédale des îles, la plupart des établissements ne reçoivent que sur réservation.

Où et que manger ?

Si vous n'optez pas pour une pension complète, sachez que les restaurants ne sont pas très nombreux, ni très facile d'accès (certains ont un service de lancha qui vient vous chercher à votre hébergement). Quant aux commerces susceptibles de vous approvisionner, ils ne sont guère plus nombreux ni bien approvisionnés, et les prix tiennent compte de coûts de transport élevés. Donc, le cas échéant, emportez vos victuailles !

Contacts, horaires, informations diverses

Même si l'idéal est de passer au moins une nuit dans le Delta pour profiter de la magie des lieux et comprendre la vie des isleños, il est toutefois possible d'effectuer des excursions à la journée. Les plus intéressantes sont celles proposées par Fernando, dont l'agence Safari Delta se situe Calle Vivanco au numéro 1509. A bord d'un zodiac, Fernando (ou l'un des jeunes guides très qualifiés qui travaillent pour lui) vous emmène zigzaguer dans le dédale des canaux, en vous commentant l'histoire et l'écosystème du Delta. La plus longue des excursions proposées inclut même un bref passage par l'estuaire même du Río de la Plata, dont on longe la partie faisant immédiatement suite au Delta. Contactez directement Fernando au +54 9 11 5111-0619.

Ce que nous avons visité

H2O

Río de la Plata : le voyageur qui atterrit à Buenos Aires ou Montevideo peut bien se demander pourquoi cet estuaire brunâtre qu'il découvre par le hublot reçoit l'élogieux toponyme de “Fleuve de l'Argent” – nonobstant d'irréfutables considérations historiques, il faut avoir approché ses rives par mauvais temps, lorsque la houle frissonne de scintillants reflets métalliques.

Géographie et thématiques culturelles

Río Paraná : le cours puissant de ce mastodonte drague les rives polychromes du Litoral argentin : la pourpre des Missions, les ocres de Mésopotamie, nénuphars et feuillages du Delta, un soupçon de pollution, et toute cette peinturlure épaisse s'en va badigeonner un estuaire que, curieusement, on s'entête à croire argenté.

Écosystèmes

Delta et îles du Paraná : le fleuve est une forteresse que la nature a bâtie de flic et de floc pour en préserver la diversité écologique exceptionnelle des activités humaines qui dévorent ses berges. Entre les innombrables îles, des nuées d'oiseaux montent la garde. Mais dans le Delta, l'invasion portègne a déjà commencé...

Héritages

Mate : si le bon maniement de l'asador valide généralement le passage à l'âge adulte, alors l'acte de cebar un buen mate est indéniablement l'épreuve initiatique pour atteindre l'âge de raison, tant cette aliénante décoction symbolise une certaine sagesse argentine, indolente, fraternelle et sereine (sinon optimiste). A méditer con o sin palo.

Ornithologie

Picaflor (Colibri) : les noms pompeux dont les ornithologues ont affublé certaines espèces, piochant au répertoire de la joaillerie, sont assurément un hommage mérité à la splendeur des reflets de leur plumage – quoiqu'une telle luisance, assortie à leur vrombissement perpétuel, justifie tout autant l'appellation moins gratifiante d'oiseau-mouche.

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?