Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Didis & gominé

Didis & gominé

l'endroit est un peu sinistre, et l'on aurait peut-être tort d'y suivre le Petit Poucet à la trace... Tentant de saisir nos chevilles, des doigts d'outre-tombe émergent de la brousse fauve que le vent décoiffe avec acharnement. Non moins ébouriffés, nous apprécions le gel coiffant qui nous tombe du ciel... Avec la participation de Carancho Darín.

photo en cours de chargement...

« Attention à la marche ! Le rebord occidental des Altas Cumbres de Córdoba ne pardonne pas, qui dégringole brutalement d'un gros millier de mètres de dénivelé pour s'étaler sur le touristique Valle del Conlara. Pas de quoi cependant effrayer une R12 ! »

lire la suite

Nombre de photos : 21

Date : 13/09/2008

Localisation : San LuisArgentine – région Cuyo

Quelques précisions

La Sierra de los Comechingones est la seule portion du vaste massif des Sierras de Córdoba qui n'est pas intégralement codobaise : son versant occidental appartient à la Province de San Luis, et Villa de Merlo (11.000 habitants) en est le principal centre urbain, au cœur du Valle del Conlara.

Comment y aller ?

Pour accéder à Villa de Merlo depuis San Luis Capital, il faut prendre les RP 22 puis 55, direction Córdoba : 200 kilomètres d'une pimpante autoroute.
Depuis Buenos Aires, la Nationale 7 (direction San Luis) contourne les Sierras de Córdoba par le sud et il faut ensuite obliquer à Villa Mercedes, cap au nord via l'autoroute provinciale 55.
Depuis Córdoba, il faut prendre la direction de San Luis, franchir les Sierras Grandes par le Camino de las Altas Cumbres, puis, peu avant Villa Dolores, obliquer vers le sud sur une cinquantaine de kilomètres.
La Quebrada del Salto del Tabaquillo se trouve à proximité de Villa de Merlo, dans les faubourgs nord-est – suivez les panneaux !
En ce qui concerne la Cuesta de los Cóndores, reportez-vous à cette fiche.

Où dormir ?

Nous avons beaucoup apprécié la Posada de Campo Maia, simple et chaleureuse, sise dans un endroit calme et aéré. La piscine est agréable, et si vous n'avez pas le courage d'aller dîner en ville vous pourrez vous régaler des savoureux plats régionaux (et d'autres plus méditerranéens) que propose leur restaurant. Consultez leur site internet : www.posada-villademerlo.com.ar.

Où et que manger ?

Nous recommandons chaudement le restaurant Reina Mora (Avenida Dos Venados 740 – tel: 02656 473158) : ne manquez pas de goûter à leur spécialité, le cabrito al horno de barro (chevreau cuit au four en terre), qu'ils apprêtent excellemment à grand renfort d'herbes aromatiques. De délicieux plats al disco, également. Un régal !
Plus original, inventif et absolument succulent : La Casa de Juana (à San Javier, à une quarantaine de km au nord de Merlo, en territoire cordobais) revisite les classiques du campo avec une bonne dose d'audace ; ainsi la bondiola de cerdo est accompagnée d'un chutney de pommes et d'un petit gâteau sec, tandis que le chivito est préparé en risotto de champignons. Quant aux desserts... A déguster d'urgence à 700 mètres de la place centrale de San Javier, en remontant la rue “Camino al Champaquí“. Tel : 03544-15572161

Ce que nous avons visité

Cuestas

Cuesta de los Cóndores : même s'il est loisible d'observer les condors éponymes durant l'ascension, mieux vaut attendre de relâcher aux miradores pour s'adonner à l'ornithologie – cette route est certes correctement aménagée, mais un moment d'inattention dans un virage en épingle se révélerait préjudiciable.

Géographie et thématiques culturelles

Botanique

Espèces diverses : faute de temps (ou de patience) pour photographier telle fleur ou tel arbre sous toutes ses coutures, plusieurs espèces –certaines parmi les plus emblématiques d'ailleurs –n'ont pu être gratifiées d'une fiche en bonne et due forme, hélas, et devrons se contenter d'une seule vignette dans ce pot-pourri de circonstance.

Héritages

Mate : si le bon maniement de l'asador valide généralement le passage à l'âge adulte, alors l'acte de cebar un buen mate est indéniablement l'épreuve initiatique pour atteindre l'âge de raison, tant cette aliénante décoction symbolise une certaine sagesse argentine, indolente, fraternelle et sereine (sinon optimiste). A méditer con o sin palo.

Ornithologie

Carancho : où que vous vagabondiez, sous les latitudes cuisantes du Chaco ou celles frileuses de Patagonie, vous croiserez toujours ce charognard flegmatique sur votre route, d'autant plus qu'il ne s'envole que tardivement à votre approche, après avoir cru suffisant de sautiller gauchement sur quelques mètres. Mieux vaut lever le pied.

Massifs

Sierras Pampeanas Australes, Altas Cumbres : pour franchir cette deuxième haie du saut-d'obstacle cordobais, que peu de routes se risquent à courir, la meilleure option est aérienne : ce massif escarpé est le paradis des parapentistes et autres deltaplanistes (sans parler des escaladeurs), qui disputent le ciel aux majestueux condors.

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?