Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Moai dans l'écume, gorille dans la bruine

Moai dans l'écume, gorille dans la bruine

de curieux faciès pétrifiés surgissent au travers des cascades, aux abords du Río Uruguay – mais les visages que nous y traquons sont de chair et d'os, qu'ils revêtent les traits germaniques et slaves des colons venus de la Mitteleuropa, ou qu'ils reflètent la prééminence du peuple Guarani.

photo en cours de chargement...

« Sitôt quitté La Chacra, le temps s'embellit et le mercure s'emballe brusquement, si bien que nous apprécions de prendre le frais au Salto Berrondo, un avant-goût de ce qui nous attend aux Saltos du Moconá. »

lire la suite

Nombre de photos : 78

Date : 27/04/2008

Localisation : MisionesArgentine – région Litoral

Ce carnet fait partie du périple : La Quête du Maté

Les photos que nous avons ratées

A Oberá, début septembre, se tient annuellement la Fête Nationale de l'Immigrant, un grand festival d'envergure nationale qui mêle danses traditionnelles, concerts folkloriques, foires artisanales, expositions diverses et variées. Le moment idéal pour apprécier toute la richesse culturelle des Missions, terres de colons. Avec à la clef, l'élection de la Reine des Immigrants. Consultez le site internet de l'organisation.

Comment y aller ?

Au départ d'Oberá, suivre la RP103 vers l'est, direction Santa Rita (50km). Puis la RP2 jusqu'à El Soberbio (73km), et au-delà jusqu'aux Saltos del Moconá (70km). La suite est assez confuse. Reportez-vous aux indications que donne La Bonita sur leur site internet (voir ci-dessous).
L'accès à l'Aldea Jejy se trouve une quinzaine de kilomètres avant les Saltos del Moconá, sur la RP2. Pas évident à débusquer, demandez aux riverains...
La fin de l'album se déroule entre El Soberbio et Bernardo de Irigoyen. Depuis El Soberbio, remontez vers le Nord par la RP52 jusqu'à San Vicente. De là, la RN14 conduit jusqu'à B. de Irigoyen, au nord-est. Elle est asphaltée jusqu'à San Pedro – à partir de là, elle se poursuit sous la forme d'une piste de terre rouge, très agréable ; ne ratez pas la bifurcation : l'asphalte continue sans solution de continuité, la RP20 prenant le relais sans crier gare (si vous préférez l'asphalte, sachez toutefois que la RP20 entraîne un grand détour de 30km supplémentaires, tout aussi sinueux, donc pas sûr que vous économisiez beaucoup de temps).

Où dormir ?

Nous avons passé deux jours à La Bonita, une fantastique posada nichée à la lisière de la Réserve Yabotí. Ambiance rustique, non dénuée de charme – les balcons des cabanes donnent sur la selva. Cuisine de qualité. Un bon moment de détente. Consultez leur site internet.

Contacts, horaires, informations diverses

Pour visiter les Saltos del Moconá au plus près, rien de tel qu'une excursion en lancha. Contactez Miguel Taszi, Agence Yabotí Jungle – Tel: (03755) 495266, (03755) 15652853. Mail: mocona4x4@yahoo.com.ar.
Pour visiter l'Aldea guaranie Jejy, rendez-vous directement à Pindopote. Vous trouverez un guide sur place.

Ce que nous avons visité

Réserves

Saltos del Moconá : plus confidentiels que la grande machinerie des Cataractes d'Iguazú, les Saltos du Moconá n'en sont pas moins étourdissants pour qui s'y frotte de près ; et leur particularité d'être parallèles au fleuve achève de les rendre incontournables.

Géographie et thématiques culturelles

H2O

Río Uruguay : plus modeste que son compère le Paraná, avec lequel il partage l'estuaire du Río de la Plata, le fleuve Uruguay offre un abord sinueux et paisible, dont les méandres hébergent de jolis brins de plage. Une frontière idyllique, qui pourtant cristallise de vives tensions politiques et environnementales entre les deux républiques sœurs riveraines.

Écosystèmes

Selva paranense : ...du moins ce qu'il en reste, car cette portion de forêt subtropicale peut pleurer sa virginité, phagocytée qu'elle est par la sylviculture et les plants de thé ou maté friands de ses sols latéritiques. Maître Toucan sur un petiribí perché peut se gausser d'un Maître Yaguareté moins alléché par l'odeur qu'acculé par les planteurs.

Zoologie

Chevaux : on associe généralement le noble équidé aux steppes de la Mongolie ou aux llanos vénézuéliens, quand ça n'est pas trivialement aux Grandes Plaines et au Far West nord-américains. Mais l'Argentine, en fin de compte, n'est rien moins que tout cela à la fois – Gato et Mancha se chargèrent jadis de le prouver...

Botanique

Pin Paraná : la montera fichée bravement sur son faîte altier, son corps élancé cintré dans une chaquetilla affublée de coquets pompons, ce torero don-quichottesque n'entend pas le céder à la véhémente sylviculture dans l'arène des Misiones, et oppose aux assauts de la déforestation une résistance aussi noble qu'illusoire...

Héritages

Pueblos Originarios : jadis décimées, longtemps brimées, récemment encore niées, les communautés indigènes donnent aujourd'hui de la voix à grand renfort de revendications politiques et de réappropriation identitaire, donnant lieu à de virulents conflits mais aussi à une salutaire remise en question de l'identité nationale argentine.

Melting-pot : lorsque dans la deuxième moitié du XIXème siècle le gouvernement national fit appel à l'immigration massive de travailleurs et colons européens pour moderniser radicalement le pays, ceux-ci amenèrent dans leurs bagages les coutumes de leurs ancêtres, terreau de la juvénile Nation argentine. Peuples originels et noirs africains en furent pour leurs frais...

Industrie

Tabac : ce délicat présent de l'Amérique aux pilleurs venus d'Europe (qui ne surent que le convertir en cadeau-empoisonné) prospère dissymétriquement sous le Tropique du Capricorne : latifundistes capitalistes prospèrant à l'ouest, minifundistes coopératifs s'échinant à l'est. Qui résistera le mieux au rouleau-compresseur du soja ?

Yerba mate : la consommation de yerba est répandue dans tout le bassin du Río de la Plata, depuis le torride Chaco jusqu'aux plages brésiliennes, et même en Patagonie, mais sa production et son industrialisation en revanche se cantonnent autour des antiques missions jésuites du Noreste. Enquête chez les Guaraníes...

Sylviculture : ou déforestation incontrôlée ? Dans les Misiones, antichambre de la forêt amazonienne, la selva cède peu à peu la place au pin européen, plus apte à une exploitation industrielle. La conscience soulagée par quelques chétives réserves naturelles, les menuiseries soutiennent vaillamment la demande, moteur de l'économie provinciale.

Ornithologie

Toucans : barbouillé comme il est de peinturlure à outrance, ce piaf tapageur ferait une égérie parfaite pour quelque marque de cosmétique... en bâtiment. Autant dire que dans le monochrome feuillage de la selva son bec passe aussi inaperçu que les cônes fluorescents d'un chantier de voirie dans la nuit... Le Roi de la Canopée est rhabillé pour l'hiver.

Dévotions

Evita : c'est, avec Maradona, l'une des égéries les plus fameuses, et les plus controversées, de l'Argentine contemporaine. L'adulation que lui voue une bonne moitié de la population n'a d'égale que la haine qu'elle suscite dans le camp opposé. Madone ? Pasionaria ? Sorcière ? A vous d'en juger...

Zoologie

Insectes diversaperçu

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?