Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Ce que le vent n'emporte pas

Ce que le vent n'emporte pas

seuls les peupliers résistent à sa furie ; il n'y a pas d'autres arbres ; sans cesse il roule des nuages de poussière ; les autochtones ont été balayés hors la vallée depuis longtemps (de cela il n'est pas coupable). Que subsiste-t-il sous son souffle aride ? Le rêve de ceux qui restent d'en faire un petit coin de paradis.

photo en cours de chargement...

« Attention : un train ne risque pas d'en cacher un autre. Sur ce tronçon désaffecté du Ferrocarril San Martín qui desservait le nord de San Juan, plus aucun convoi ne s'aventure depuis belle lurette. Le monte a déjà pris possession du ballaste. »

lire la suite

Nombre de photos : 54

Date : 06/12/2008

Localisation : San JuanArgentine – région Cuyo

Quelques précisions

La légende de Pismanta, fameux cacique de la nation indigène Huarpe, conte que devant l’avancée irrémédiable des conquistadores espagnols dans le Valle de Tulum (où se trouve l’actuelle ville de San Juan), le cacique ne vit d’autre solution que d’abandonner la lutte et de se replier avec sa famille dans une grotte située près du village d’Angualasto, au cœur de la Puna, et d’y attendre la mort. Au bout de quelques jours, il s’y produisit une terrible explosion ; puis, de la brèche, jaillit un torrent d’eau chaude dont la source, assure-t-on, puisait aux larmes de douleur du cacique. Une douleur qui ne s’est jamais tarie, puisque les thermes de Pismanta, au sud de Rodeo, attirent toujours de nombreux curistes, très reconnaissants envers le pauvre cacique.

Les photos que nous avons ratées

Bien que nous n'en ayons pas pris de photos, car l'immensité du paysage et la médiocrité de la luminosité ne s'y prêtaient pas, la Nationale 149 qui franchit la Précordillère entre Iglesia et Talacasto (sur la route du retour, pour nous) est un parcours grandiose, surtout lors de la traversée de l'immense Pampa de Gualilán.
Les conditions météorologiques ne s'étant pas améliorées, nous n'avons pas davantage photographié le Dique de Ullúm, fameux barrage des environs de San Juan Capital, dont les Sanjuaninos aiment à fréquenter les alentours le week-end, pour une partie de pêche ou un asado.

Itinéraire bis

Le Valle de Iglesia est connecté au sud à l'autre fameuse vallée sanjuanina de Calingasta par la route provinciale 412, non asphaltée (on peut préférer faire un détour par la Nationale 149, asphaltée, qui fait une boucle par la Précordillère). Un enchaînement logique, si vous avez plusieurs jours devant vous.
Autre possibilité, au nord cette fois-ci, le Parc National San Guillermo, que nous n'avons hélas pas eu le temps de visiter. Une opportunité manquée, jamais rattrapée. Si vous avez l'occasion, et les moyens (mieux vaut s'y aventurer en 4x4), ne passez pas à côté de ce magnifique échantillon de Puna, paradis des vigognes.

Comment y aller ?

Cet album effectue une boucle dans le nord-ouest de la Province de San Juan, au départ de San Juan Capital. Par la Ruta 40, on longe d'abord la Précordillère avant de s'y faufiler par la Nationale 150 qui emprunte les cuestas de Huaco et del Viento, pour déboucher ensuite dans le vaste Valle de Iglesia, à Rodeo. Nous passons deux jours complets dans la vallée, en rayonnant alentours : au nord jusqu'à Angualasto, à l'ouest jusqu'au Paso del Agua Negra. Nous effectuons la descente du Río Jáchal en rafting, dans la Précordillère. Puis, nous quittons la vallée et redescendons vers San Juan Capital par la Nationale 149, en faisant une très brève étape aux Thermes de Talacasto. Pour plus de précisions, voir chacune des fiches mentionnées.

Où dormir ?

Pour le logement, reportez-vous à la fiche que nous consacrons au Valle de Iglesia.

Contacts, horaires, informations diverses

Si vous désirez vous initier aux joies du rafting, reportez-vous à la fiche Rafting dans les gorges du Jáchal.

Ce que nous avons visité

Trek & Cie.

Rafting dans les gorges du Jáchal : San Juan s'est convertie récemment en la destination de prédilection pour les amateurs de sports nautiques (et/ou à voile), mettant à profit ses multiples torrents et retenues. Le rafting restait pour nous l'option la plus abordable, techniquement parlant. Initiation dans le Cañadón del Río Jáchal.

Archéologie

Qhapaq Ñan (Camino Inca) : cette autoroute de l'empire Inca innervait tout le massif andin au départ du Cuzco, au Pérou. L'actuelle Bolivie conserve des vestiges fort bien conservés ; le nord-ouest argentin, plus dégradé, dessert cependant plusieurs citadelles spectaculaires.

Cuestas

Cuesta de Huaco : il faut passer au travers d'une houle tellurique déchaînée, dont les rouleaux aux reflets vineux menacent à tout moment de vous engloutir et viennent s'écraser au pied de l'immuable Sierra Yanso... Mais il en faudrait plus pour désarçonner Don Buenaventura Luna, qui reste de marbre à la barre de son cher Vallecito.

Cuesta del Viento : mieux vaut se cramponner fermement au volant, car un vent terrible et mesquin prend un malin plaisir à vous faire caresser les glissières, qui n'opposent qu'un maigre garde-fou entre vous et le précipice – le Cañadón del Río Jáchal, en contrebas, s'apprécie davantage en rafting qu'en sortie de route et roulé-boulé...

Pasos

Paso del Agua Negra : si le lit du torrent éponyme est bel et bien noir, la quebrada et le paso en revanche arborent un panaché de couleurs kaléidoscopiques qui n'omettent que les tons les plus froids de l'arc-en-ciel. Les congères immaculés et aveuglants des pénitents qui se pressent dans les derniers virages sont la synthèse logique de ce prisme andin.

Dévotions

Gauchito Gil : hep hep hep !! Vous venez de dépasser à toute vitesse une petite cahute rouge vif bâtie de bric et de broc sur le bas-côté, et vous n'avez pas daigné klaxonner respectueusement en l'honneur du Gauchito ? Malheureux !! Vous ne souhaitez donc pas mettre toutes les chances de votre côté pour arriver à bon port ??

Difunta Correa : si vous voyagez sur les (trrrrrès) longues routes d'Argentine, n'oubliez pas d'emporter une bouteille d'eau ; non pas pour remédier à votre soif, si prosaïque, mais pour la déposer en offrande dans un des innombrables sanctuaires voués à la Difuntita, afin qu'elle vous protège tout au long de votre trajet...

Thermes

Talacasto : en dépit des apparences (et de la pestilence), ces culs de basse fosse délabrés et ténébreux où croupit une eau noirâtre ne sont pas des pissotières, mais d'authentiques cabines thermales où vous tâcherez de vous soigner en vitesse, à défaut de vous relaxer... Pour curistes invétérés.

Vallées

Valle de Iglesia : le vent y souffle sans discontinuer, mais rares sont les nuages qui se fendent d'éphémères averses. Pour irriguer ces confins arides de la puna et du monte, on a jugulé le cours de lunatiques ruisseaux nés des Andes. Embusqués derrière leurs remparts de peupliers, les autochtones sont bien décidés à prospérer...

Géographie et thématiques culturelles

Trek & Cie.

Cabalgatas (randonnées équestres) : qui dit “cheval” dit... Asie Centrale, sans doute, mais avouons que l'équidé eurasiatique s'est formidablement bien adapté aux Amériques, et en particulier aux grands espaces argentins, au point que la figure du gaucho a éclipsé celle du tchopendoz... Cavaliers amateurs ou émérites, chevauchez à l'envi !

H2O

Pénitents : une cohorte de capuchons pointus, à la blancheur souvent maculée de giclures brunâtres, s'avance en rangs serrés, pauvres hères flagellés par le vent, pitoyables pèlerins accablés par le réchauffement estival (ou global), qui se recueillent en glaciers ou névés craintifs autour de quelque pasteur volcanique, et larmoient des torrents d'eau glacée.

Écosystèmes

Monte : dans le lexique populaire, “adentrarse en el monte”, plus encore que “prendre le maquis”, c'est se réfugier dans une région qui, sans posséder une végétation dense ni même élevée, est cependant suffisamment vaste et aride pour dissuader toute tentative de poursuite. Mieux vaut être un habile chasseur de viscaches.

Hautes Andes : à des altitudes comprises entre deux et sept mille mètres, la végétation se cantonne généralement à quelques coironales mouchetant de leurs jaunes léonins les sols minéraux ou volcaniques, quand la neige ne les recouvre pas. Peu de bestioles se risquent dans ces parages – elles se savent dans le collimateur des condors.

Industrie

Adobe : ces parpaings obtenus à partir d'un mélange de terre et de paille, séchés au soleil, ont les faveurs des populations économiquement précaires, qui les confectionnent eux-mêmes in situ pour bâtir leur propre habitation. Leur teinte rosée complète à merveille le spectre si bigarré des paysages andins.

Parcours

Ruta 40 : elle vous en fera voir de toutes les couleurs, au sens figuré comme au sens propre – depuis les tons fauves du Noroeste jusqu'aux nuances de bleu et de vert des lacs et forêts de Patagonie, c'est toute une palette de paysages grandioses qui défilent sur plus de cinq mille kilomètres, semés de multiples embuches.

Massifs

Andes centrales, Cordillère frontale : si l'on file la métaphore poliorcétique, cette cordillère dont les parois sont badigeonnées d'aplats sanglants et hérissées de tourelles rocailleuses (capuchonnées de névés éblouissants), précédée de la barbacane de la Précordillère, se présente comme l'ultime défense du redoutable donjon de l'Aconcagua.

Andes centrales, Précordillère : dans la complexe imbrication de remparts qui fortifie les Andes, ce cordon moins élevé fait office de bastion avancé, son faîte aiguisé ménageant de loin en loin la poterne chicanée d'une quebrada. A défaut d'huile bouillante, les torrents estivaux qui s'y précipitent ne sont pas sans danger...

Botanique

Cactacées diversesaperçu

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?