Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Carnets > Qu'elle soit verte ma vallée

Qu'elle soit verte ma vallée

au cœur de la Patagonie, qu'un vent furieux ponce sans relâche, une poignée d'irascibles colons se sont barricadés derrière de robustes peupliers et s'entêtent à bichonner des cerises. Furieux, le vent ? Allons, il en faudrait davantage pour que nous restions terrés entre quatre murs !... Pourquoi pas sous serre ?!

photo en cours de chargement...

« – « Oh non ! Ça n'est rien, je vous assure : c'est un tout petit vent de rien du tout, ça, les enfants, une bourrasque tout au plus... ». Ah bien. C'est juste qu'elle s'est coiffée avec un pétard, alors ? »

lire la suite

Nombre de photos : 29

Date : 06/11/2008

Localisation : ChubutArgentine – région Patagonie

Ce carnet fait partie du périple : Un Festival de Palmes

Quelques précisions

Casimiro Szlapeliz (1895 Lituanie – 1983 Patagonie) est une figure iconoclaste de l’aviation argentine. Tandis que, dans les années 30, la fameuse Aéropostale effectuait ses vols historiques, où s’illustrèrent un Saint-Exupéry, un Mermoz ou un Guillaumet, ce modeste immigré lituanien, entrepreneur de son état et ardent pionnier de la Patagonie, pratiquait le vol amateur et parcourait insatiablement le ciel patagon.
Volant sans brevet, il se heurta bientôt aux nouvelles autorités aériennes, et dû se résoudre en 1951 à aller passer les examens nécessaires à Buenos Aires, ville où il ne put se rendre autrement qu’en avion – quelle ne fut pas la surprise des autorités aéroportuaires portègnes de voir débarquer cet aspirant pilote aux commandes d’un coucou, venant d’on ne savait trop où… Autre fait d’arme marquant de cet original : il consacra une partie de sa vieillesse à bombarder les écoles patagonnes de bonbons et de caramels.

Les photos que nous avons ratées

En raison d'un véritable ouragan, qui ne nous a pas permis de nous attarder plus de quelques secondes au Bosque Petrificado de Sarmiento, nous n'avons pas pu approcher les troncs pétrifiés, et encore moins les photographier. Mais nous avons retenté notre chance en 2010 ; consultez la fiche Bosque Petrificado de Sarmiento.

Comment y aller ?

Sarmiento se situe à 150km à l'ouest de Comodoro Rivadavia, sur la nationale 26 – il faut se frayer un passage à travers les grandes exploitations d'hydrocarbures qui gangrènent cette région désolée. L'Estancia El Labrador se trouve en bord de cette même route, peu après avoir laissé l'entrée principale de la bourgade de Sarmiento sur votre droite. Le Musée Desiderio Torres est facilement repérable, en plein centre de Sarmiento – suivez les rails !
Pour accéder au Bosque Petrificado, il faut emprunter l'itinéraire suivant : à la sortie de Sarmiento (par la rue principale), prenez la nationale 26 à droite, sur quelques centaines de mètres, à peine, puis quittez-la rapidement pour la première piste importante qui s'offre à gauche (la RP24) et suivez celle-ci sur une trentaine de kilomètres, en tâchant de ne pas vous égarer : il y a beaucoup plus d'embranchements que de passants à qui demander son chemin...
C'est, soit dit en passant, dans les premiers kilomètres de cette piste que vous trouverez, sur votre droite, l'entrée de la Granja San José, où nous avons pu admirer les plants hydroponiques et apprécier un agréable tea-time.

Où dormir ?

Nous recommandons l'Estancia El Labrador. Bien qu'un peu onéreuse, comme tous les établissements de cette catégorie en Patagonie, l'hébergement est très confortable, les repas succulents, l'accueil chaleureux – tout cela dans la limite de l'austérité patagonne... Consultez leur site internet : www.hosterialabrador.com.ar.

Où et que manger ?

Si vous logez à l'Estancia El Labrador, vous pourrez déguster (sur commande) un excellent cordero patagónico (agneau de Patagonie). Les alfajores de la maison sont par ailleurs délicieux.
Dans un autre registre, nous nous rappelons avec émotion d'une petite parrilla sans prétention, qui – si ma mémoire est bonne – doit se trouver à l'angle des avenues San Martín et Estrada, sur cette dernière. Il s'agit sans doute de la Parrilla Rancho Grande, dont nous avons pu retrouver le nom sur internet. Signe de reconnaissance : le patron (ou était-ce un serveur ?) est le sosie de Charles Bronson. Quoi qu'il en soit, nous nous y étions ré-ga-lés !

Ce que nous avons visité

Archéologie

Musée Desiderio Torres : archétype du musée patagon, propret et soigneusement légendé, sinon moderne et vraiment palpitant – un truc en plumes et une collection de fétiches gastriques révèlent au grand jour la truculence des cultures Tehuelche et Mapuche, avant qu'elles ne soient bouleversées par l'intrusion de l'électroménager.

Réserves

Bosque Petrificado José Ormaechea : tableau ô combien saisissant que cette forêt déracinée, dévastée, dont les troncs grandioses, pétrifiés, gisent éparpillés dans une vallée désolée, toute peinturlurée de couleurs délavées. On peine à y imaginer l'écosystème tropical antédiluvien où, entre deux ingressions marines, s'épanouissaient les dinosaures...

Géographie et thématiques culturelles

Zoologie

Chevaux : on associe généralement le noble équidé aux steppes de la Mongolie ou aux llanos vénézuéliens, quand ça n'est pas trivialement aux Grandes Plaines et au Far West nord-américains. Mais l'Argentine, en fin de compte, n'est rien moins que tout cela à la fois – Gato et Mancha se chargèrent jadis de le prouver...

Héritages

Bandera albiceleste : entre le ciel immense et la mer, livides, la face rayonnante de l'astre solaire s'élève au-dessus d'un aveuglant désert de sel – hilare et échevelé, le Soleil de Mai paraît jouir de ce décor démesuré. Il pose fier et jovial, moins confiant en sa bonne étoile qu'indifférent à ses caprices. A-t-on jamais vu drapeau aussi empathique?

Industrie

Arboriculture : souvent cantonnées à des vallées patagones laborieusement irriguées, ou acculées au piémont de quelque sierra préandine, les zones de production fruitière font généralement figure d'oasis, et il n'est pas désagréable d'y glaner un peu de fraîcheur, d'ombre et simplement de vie après avoir traversé d'interminables no-man's lands.

Ornithologie

Choique (nandou de Darwin) : on ne sait trop quelles nouvelles de victoire ils répandent inlassablement à travers l'immense steppe, de la Patagonie à la Puna, mais il est indéniable que ces marathoniens ne lèvent que rarement le pied – il faut toute l'habileté d'un gaucho pour dégommer la bestiole d'un coup de boleadoras et l'envoyer à la casserole.

Bandurrias (mandores) : dans le grand orchestre des piafs prodiges, ces ibis dodus ne suivent pas la même partition que les oiseaux-lyres. Si leur plumage aux reflets boisés et leur morphologie piriforme évoquent certes la mandore médiévale, que dire de leur cri métallique et strident, guère plus lyrique qu'un triangle ?

Botanique

Álamo (Peuplier)aperçu

Gastronomie

Cordero patagónicoaperçu

Dulces y golosinasaperçu

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?