Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 540

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Temples > Basilique de Luján

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Basilique de Luján

ses dimensions sont proprement colossales, et son style pourra sembler un rien tapageur et décalé en sol américain, mais il fallait bien ça pour honorer la patronne nationale, Vierge un tantinet capricieuse qui, redoutant le voyage de Santiago del Estero, refusa d'aller plus avant et planta ses pénates à Luján.

Découvrez nos 6 photos prises sur la période 2010

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/6 – Le parvis de la basilique
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/6 – La statue équestre de Belgrano semble défier la rosace
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/6 – Échoppes de part et d'autre du parvis
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/6 – Marchands de grigris et souvenirs au pied de la basilique
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/6 – Affluence à la fontaine d'eau bénite
+1
fermer
photo 6/6 – La statuette de la Vierge de Luján devant l'autel principal
A proximité
Argentine
Musée des transports
Argentine
Temaikèn

Localisation : Buenos AiresArgentine – région Pampa

Époque : 1887-1935

Quelques précisions

104 mètres de long, 68 de large au transept, deux tours de 106 mètres de haut : la présence de cette basilique gigantesque (seulement surpassée, et de peu, par sa quasi-exacte contemporaine la Cathédrale de La Plata) pourra surprendre le voyageur habitué aux gabarits plus raisonnables qu'affichent les cathédrales sudaméricaines (telles les cathédrales de Salta ou de Córdoba), et a fortiori les frêles chapelles d'adobe des vallées andines. Cependant, la Basilique de Luján s'inscrit pleinement dans son époque, celle de l'Européanisme féru de plagiat, et plus précisément de ce pseudo “Style Français” dont Buenos Aires a affublé nombre de ses avenues fin de siècle.
Du reste, l'inspirateur de ce sanctuaire est un lazariste français, né à Castres et mandaté en Argentine en 1871 par sa congrégation : le Père Salvaire. Après avoir réchappé (grâce à l'intercession mariale ?) du martyre dans le sud de la Province de Buenos Aires, alors qu'il espérait évangéliser les tribus du cacique Manuel Namuncurá (père de Ceferino), le religieux s'attèle à une tâche moins ardue : répandre le culte de la Vierge de Luján, dont la popularité commence à s'étendre dans le Río de la Plata. Il décide alors de remplacer le sanctuaire existant, en piteux état, par une construction à la mesure des années dorées de l'Argentine, en plein boom économique : ce sera l'actuelle basilique.
La première pierre est solennellement posée en 1887 – elle vient de Tandil ; la maçonnerie fait appel aux carrières de Córdoba, San Juan, Jujuy, et d'autres provinces encore... Pour le reste, l'origine de bon nombre de matériaux spécifiques est européenne, qu'il s'agisse des vitraux de Bordeaux, des liteaux de Liège, du marbre de Carrare, des cloches de Milan, de l'orgue Cavaillé-Coll de Paris, d'un plancher d'Angleterre, de tel ou tel autel d'Italie ou de France... D'ailleurs l'architecte, Ulric Courtois, n'est-il pas Français, de même que la plupart de ses assistants ? Et que dire de la Vierge elle-même dont la statue miraculeuse, rappelons-le, fut confectionnée à São Paulo au début du XVIIème siècle ? (voir la légende de la Vierge de Luján) Comme pour rendre la monnaie de sa pièce, la crypte abrite des représentations des principales advocaciones européennes et américaines de la Vierge (Vierges de Guadalupe, Copacabana, Fatima, Pilar, Loreto, etc.).
Inaugurée dès 1910, il faudra attendre 1926 pour que soient levées les deux tours, puis 1935 pour que la construction soit totalement achevée. La nef aura été entretemps bombardée basilique par le pape Pie XI en 1930 – ce qui, notons-le, n'en fait nullement la cathédrale de son diocèse, celle-ci se trouvant à Mercedes.
Dernier évènement majeur en date, on y a célébré en très grandes pompes le Te Deum du Bicentenaire de l'Argentine, le 25 mai 2010.

Comment y aller ?

Pour vous rendre à Luján, suivez les indications de notre carnet de voyage. La Basilique se trouve légèrement en retrait du centre-ville, à quatre cuadras de la petite Plaza Colón centrale en suivant la rue San Martín : vous atteindrez ainsi la vaste Plaza Belgrano qui lui sert de parvis. Depuis l'autoroute de Buenos Aires (Autopista Acceso Oeste), une sortie lui est dédiée, qui vous mène tout droit à la monumentale Avenida Nuestra Señora de Luján dont la perspective s'ouvre sur la basilique – une arrivée triomphale !
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?