Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 540

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Réserves > Bleaker Island

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Bleaker Island

le toponyme n'est pas très accueillant... Et de fait, les abords du cottage paraissent plus mornes (bleaker) que la moyenne. Cependant, le littoral austral offre de magnifiques falaises étagées sur l'océan, où les gorfous sauteurs s'en donnent à cœur joie, à proximité d'une stupéfiante colonie de cormorans impériaux.

Découvrez nos 30 photos prises sur la période 2016

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/30 – Bleaker Island vue depuis le hublot d'une avionnette de la FIGAS
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/30 – L'établissement permanent de Bleaker Island et ses immanquables moutons
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/30 – Point fort de Bleaker Island : une immense colonie de cormorans impériaux
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/30 – A l'aube, les cormorans ont encore la tête blottie contre leur flanc
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/30 – Premiers étirements d'ailes après la nuit
+25
fermer
photo 6/30 – Et le ballet commence entre la colonie et le rivage
fermer
photo 7/30 – Activité principale en décembre : la confection des nids avec des brandilles de tussack
fermer
photo 8/30 – Couple de cormorans impériaux devisant au saut du nid
fermer
photo 9/30 – Un jeune cormoran impérial
fermer
photo 10/30 – Déjà les prédateurs rodent... Ici un Goéland de Scoresby en repérage stationnaire
fermer
photo 11/30 – Là, un caracara austral squatte un nid abandonné...
fermer
photo 12/30 – Tout autour de la colonie, des dizaines de labbes montent la garde, attendant leur heure
fermer
photo 13/30 – Trois labbes passent à l'attaque, fondant sur les œufs vulnérables. Réplique nourrie de la DCA aux becs pointus...
fermer
photo 14/30 – Une autre espèce de cormorans, dite de Magellan (rock shags), préfère nicher sur les falaises du rivage
fermer
photo 15/30 – Cormorans impériaux de retour de la pêche, faisant sécher leurs ailes au soleil
fermer
photo 16/30 – Falaises rocheuses dominant l'Océan Atlantique
fermer
photo 17/30 – Colonies de cormorans impériaux et de gorfous sauteurs confondues
fermer
photo 18/30 – Un gorfou sauteur plutôt amène
fermer
photo 19/30 – Gorfou sauteur et deux poussins
fermer
photo 20/30 – L'heure de la béquée
fermer
photo 21/30 – Petits câlins...
fermer
photo 22/30 – ...et violentes algarades
fermer
photo 23/30 – Colonie de manchots de Magellan à Sandy Bay
fermer
photo 24/30 – Papa otarie et son petit, dans les parages de First Island
fermer
photo 25/30 – Un jeune lion de mer tente de capter l'attention des femelles d'un harem concurrent...
fermer
photo 26/30 – ...avant de se faire rembarrer sèchement par la belle (Pebbly Bay)
fermer
photo 27/30Éléphanteau de mer d'humeur chafouine (Pebbly Bay)
fermer
photo 28/30 – Paloma antártica (“Chionis blanc”, Chionis albus)
fermer
photo 29/30 – Gaviota capucho gris (“Mouette à tête grise”, Larus cirrocephalus)
fermer
photo 30/30 – Famille de cauquenes comunes (“Ouette de Magellan”, Chloephaga picta)
A proximité
British Overseas Territories
Pebble Island
British Overseas Territories
Stanley

Localisation : Falklands (Malouines)British Overseas Territories

Statut : Réserve Faunistique

Écosystèmes concernés : Mer argentine

Quelques précisions

Sur Bleaker Island, pas besoin de solliciter les services (payants) d'un chauffeur pour explorer les alentours. L'île est de taille modeste et majoritairement plate, aussi vous pourrez aisément et rapidement en faire le tour à pied, en visitant les différents spots animaliers :
  • à commencer par ce qui fait le point fort de Bleaker Island : l'impressionnante colonie de cormorans impériaux qui a élu domicile à proximité de la ferme ; plusieurs milliers d'individus y vaquent à leurs occupations : construction des nids avec les brindilles de tussack, couvaison, pêche hauturière, défense des œufs contre les attaques des différents prédateurs (mouettes, labbes, caracaras) ;
  • moins exclusive, mais particulièrement photogénique, est la colonie de gorfous sauteurs établie sur les falaises de Long Gulch, non loin des cormorans susnommés ; les couleurs de la roche sont sensationnelles à l'aube, et l'échelonnement de la falaise permet de descendre sans peine vers l'océan pour observer au plus près le ballet sautillant des gorfous qui vont et viennent entre les nids et l'eau ;
  • à proximité, dans un repli de la falaise en forme de gorge, ne manquez pas la petite colonie de cormorans de Magellan ;
  • du côté de Pebbly Bay, légèrement plus au sud, vous pourrez vous dissimuler entre les imposantes touffes de tussack doré pour épier les lions et éléphants de mer qui y séjournent de temps à autre ;
  • vers le nord, un peu plus loin (comptez une demi-heure de marche), Sandy Bay la bien nommée offre ses plages idylliques quoique frisquettes à des colonies de manchots papous et magellaniques ;
  • de retour de Sandy Bay, longez le rivage du Big Pond pour observer ouettes et autres oiseaux d'eau douce.
Si toutefois le mauvais temps, un matériel photographique trop volumineux ou la paresse compliquaient la locomotion pédestre, sachez que vous pouvez louer un petit 4x4 et le piloter à votre guise.
L'hôte des lieux se nomme Mike Rendell, c'est un ancien marine de la Royal Navy reconverti en gentleman farmer, particulièrement loquace. Sa femme, originaire de l'archipel, est très investie dans les négociations et autres bisbilles diplomatiques qui ressurgissent périodiquement entre les Falklands, le Royaume-Uni et le “pays-d'en-face”... Autant dire que ce sont des interlocuteurs de choix, dont il vous faudra cependant ménager les opinions forcément tranchées – avis aux Argentins...

Où dormir ?

Vous serez logés dans l'un des deux cottages disséminés dans la prairie autour du corps principal, lequel fait office de séjour et de salle à manger, lieu de réunion et de discussion entre hôtes. Chaque cottage est composé d'un salon précédé d'une véranda, et de deux chambres indépendantes très agréables. On se sent carrément chez soi, et l'éloignement relatif des différents bâtiments accentue cette sensation d'intimité ; en cas d'intempérie cependant, vous devrez affronter le vent et la boue pour aller dîner...

Où et que manger ?

Ici plus qu'ailleurs, la ponctualité et autres bonnes manières sont de rigueur, sans quoi vous vous exposez aux sautes d'humeur de la maîtresse de maison, une accorte Kelper dont le sens aigu de la politesse n'a d'égal que le franc parler ; que vous arriviez avec 2 minutes de retard pour le dîner ou que vous chipotiez sur votre platée de petits pois, et elle ne manquera pas de démolir votre réputation auprès des autres commensaux... Un caractère bien trempé, qui n'empêche nullement la sympathie !

Contacts, horaires, informations diverses

Comme la plupart des autres îles des Malouines, Bleaker Island est privée. Ce qui implique que pour vous y rendre vous devez d'abord impérativement réserver votre séjour, et qu'ensuite vous devez également réserver votre vol. Pour ce dernier point, consultez la compagnie FIGAS qui assure le cabotage d'île en île (voir notre fiche cabotage aux Falklands) ; quant au premier point, visitez le site officiel de Pebble Island : www.bleakerisland.com.
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?