Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 542

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Réserves > Costanera Sur

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Costanera Sur

ayant miraculeusement échappé à l'urbanisation, ce terrain vague gagné sur le Río de la Plata a aussitôt été squatté par des dizaines d'espèces ornithologiques, au point que l'idée d'une réserve écologique à quelques minutes du centre-ville s'est imposée d'elle-même. Un havre de paix au cœur de la Gran Urbe.

Découvrez nos 4 photos prises sur la période 2007

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/4 – Les gratte-ciels de Puerto Madero en toile de fond
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/4 – Un cuis batifolant dans les fourrés
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/4 – Promeneur assoupi...
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/4 – Le Nouveau Port vu depuis l'extrémité nord de la réserve
A proximité
Argentine
Buenos Aires – Puerto Madero
ArgentineUruguay
Río de la Plata

Localisation : Capital FederalArgentine – région Pampa

Statut : Réserve Municipale

Écosystèmes concernés : Pampa

Convention de Ramsar sur les zones humides

Quelques précisions

Le bord d'estuaire à Buenos Aires possède une histoire où alternent amour et indifférence... Au XIXème siècle, le Río de la Plata bordait la ville jusqu'au pied des actuelles barranquas, c'est-à-dire que le fleuve recouvrait tout le “Bajo” : Puerto Madero, avenues Huergo et Madero, avenues Alem et Paseo Colón, étaient sous les eaux. La costanera (front d'estuaire) courait le long des rues 25 de Mayo et Balcarce, et le Fort de la Victoire (bientôt remplacé par la Douane de Taylor puis la Casa Rosada) avait les pieds dans l'eau. Cette côte était dotée de quais et de jetées, où l'on chargeait et déchargeait les navires – cela n'avait rien d'une promenade anglaise.
Première étape : à la fin du XIXème siècle, on décide la création d'un port moderne, digne de la place de choix qu'occupe désormais l'Argentine dans les circuits économiques mondiaux ; Puerto Madero est livré en 1898, le fleuve a reculé de plusieurs centaines de mètres : la nouvelle costanera s'étire désormais le long des actuelles avenues Carlos M. Noel et Achával Rodríguez, et elle a tout d'un beau front de mer : balustres, lampadaires, pergolas, les Portègnes viennent en foule profiter de ce nouvel endroit à la mode, et il suffit de descendre quelques degrés pour faire trempette dans le Río de la Plata ! Le fleuve accueille des légions de baigneurs !
Deuxième étape : à peine inauguré, le port se révèle déjà obsolète, et dès 1911 on commençe la construction d'un Nouveau Port, plus en amont. Lorsque ce dernier est achevé, en 1940, l'ancien port s'est converti plus ou moins en friches industrielles, et la Costanera ne présente guère plus d'attrait... L'effet de mode est passé, Buenos Aires boude à nouveau les charmes du Río de la Plata.
Troisième étape : en 1978, on décide la création de l'autoroute 25 de Mayo, qui taille dans un tissu urbain déjà dense un long ruban d'asphalte sur pilotis. Ces travaux colossaux dégagent des tonnes de gravas, dont on ne sait trop que faire – on décide donc de les entreposer au large de la Costanera, en guide de digue pour gagner de nouvelles terres sur le Río. Et puis la crise économique et la chute de la dictature renvoient ce projet pharaonique aux oubliettes. Mais la digue demeure...
Quatrième étape : livré à lui-même pendant plusieurs années, ce polder improvisé fut immédiatement squatté par une multitude d'oiseaux, et quelques espèces animales, dans une proportion telle qu'en 1986 on décida de créer une réserve protégée afin de préserver cet écosystème qui, s'il n'était pas si “naturel” que ça, présentait une telle richesse ornithologique et constituait un tel poumon de verdure à quelques centaines de mètres du centre-ville qu'on aurait bien eu tort de le lotir sans scrupules ! Ainsi naissait la Reserva Ecológica Costanera Sur, désormais lieu de détente privilégié des Portègnes, qui ont renoué avec le Río de la Plata de véritables noces... d'argent !
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?