Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 540

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Dévotions > Dévotions diverses

Cette fiche thématique ne peut être ajoutée à votre itinéraire
Dévotions diverses

un ermite athénien du VIIème siècle, un chauffeur de taxi contemporain assassiné, un bébé mort-né puis ressuscité, un profil christique taillé par l'érosion... A côté des dispensateurs avérés de miracles, une foule de dévotions secondaires permet d'attirer les meilleurs auspices ou de conjurer le mauvais sort...

Découvrez nos 11 photos prises sur la période 2008-2015

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/11 – Un saint provincial : San Gil (Saint Gilles, ermite athénien du VIIème siècle), patron de Santiago del Estero
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/11 – San Gil sur un bombo, entre San Jorge et le Gauchito Gil, durant la Marcha de los Bombos
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/11 – Une autre dévotion provinciale : Saint Nicolas de Bari, patron de La Rioja
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/11 – Un petit San Nicolás sur le tableau de bord d'un guide riojano
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/11 – Autre spécificité de La Rioja : les morts-nés miraculeux ; ici Miguel Ángel Gaitán, “el angelito milagroso”
+6
fermer
photo 6/11 – Toujours à La Rioja, les épiphanies divines ont le vent en poupe : ici le Señor de la Punta
fermer
photo 7/11 – Autre forme de sainteté populaire : les victimes du grand banditisme (ici Nicolás Caputo, à San Juan)...
fermer
photo 8/11 – ...ou de la brutalité policière (ici Sebastián Bordón près du Cañón del Atuel)
fermer
photo 9/11 – Les grandes figures catholiques ne sont pas en reste, telle Santa Bárbara. Ici à La Mejicana,...
fermer
photo 10/11 – ...là à Las Capillitas – protectrice incontournable des mineurs
fermer
photo 11/11 – San Francisco (Saint François d'Assise) est une autre dévotion majeure en Amérique Latine

Localisation : toute l'Argentine

Quelques précisions

A côté des cultes les plus en vue (voir notre rubrique Dévotions), il serait fastidieux (et sans doute impossible) de cataloguer l'ensemble des dévotions secondaires qui ont cours d'un bout à l'autre de l'Argentine, certaines ayant un ancrage extrêmement local. Contentons-nous d'en présenter grossièrement les principales catégories, agrémentées d'exemples concrets.
Il y a d'abord les grands saints majeurs du catholicisme européen : San Francisco (Saint François d'Assise) et San Ignacio (Saint Ignace de Loyola), fondateurs respectifs des deux principaux ordres missionnaires ayant opéré dans l'Amérique espagnole : les Franciscains et les Jésuites ; ou leurs confrères de moindre envergure mais aux spécificités “techniques” (par exemple : Santa Bárbara, alias Sainte Barbe, inséparable de tout établissement minier) ; d'autres saints, venus dans les bagages des conquistadores, sont aujourd'hui les patrons emblématiques de telle ou telle province (Saint Nicolas de Bari à La Rioja, Saint Gilles l'Ermite à Santiago del Estero, Saint Martin de Tours à Buenos Aires). Ajoutons à la liste San Cayetano, San Expedito et San Sebastián, dont la popularité requéraient des fiches particulières.
Viennent ensuite les martyrs de l'Argentine contemporaine, canonisés par la superstition populaire. Ainsi Nicolás Caputo, un chauffeur de taxi assassiné alors qu'il se rendait lui-même au sanctuaire de la Difuntita, et qui reçoit désormais l'hommage de multiples épaves, enjoliveurs et autres plaques minéralogiques sur les lieux de son “martyre”. D'autres sont victimes de la brutalité policière, toujours sujette aux bavures, tel Sebastián Bordón, un jeune homme schizophrénique tabassé par des policiers près du Cañón del Atuel, dont la maladie commence à être classiquement révérée comme une évidence de la Grâce divine. Dans le registre légiste, les accidentés de la route sont également parfois suspectés de mourir en odeur de sainteté ; ainsi Rodrigo et Gilda dont nous parlons plus longuement ailleurs ; notez les nombreux cénotaphes fleuris en bord de route, marqueurs macabres de l'insécurité routière, qui font parfois l'objet d'une offrande ponctuelle de la part d'anonymes : une fleur, une cigarette...
La province de La Rioja est certainement la plus fertile en micro-cultes, d'amplitude très localisée. Les enfants morts en bas âge ou mort-nés, et dispensateurs de miracles, y sont légion. Par exemple, El Degolladito au nom enchanteur (le “Petit Égorgé”), dont l'imposant sanctuaire garni de joujoux orne un bas-côté de la Nationale 60, au nord d'Aimogasta ; ou encore Miguel Ángel Gaitán, “el Angelito Milagroso”, dont la photo du fétus desséché trône dans un autel troglodytique à proximité de Malanzán ; etc. Autre lubie riojana : les profils christiques taillés par l'érosion dans les sierras environnantes, tels le Señor de la Punta (sur la Ruta 40 près de Pituil) ou le très insolite Señor de la Peña (à proximité d'Aimogasta).
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?