Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 540

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Héritages > Folklore

Cette fiche thématique ne peut être ajoutée à votre itinéraire
Folklore

oubliez le tango, relégué aux faubourgs ouvriers du Río de la Plata – l'essence de l'identité argentine se manifeste avec fougue et solennité dans un répertoire foisonnant de genres musicaux populaires d'une grande force émotionnelle : zamba, chacarera, chamamé, etc. Enfilez vos bottes, empoignez votre guitare ou dépliez votre mouchoir, « y se va la primera ! »

Découvrez nos 18 photos prises sur la période 2008-2015

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/18 – Une zamba, “danse nationale argentine”, avec son classique jeu de pañuelos (mouchoirs) à San Antonio de Areco
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/18 – Mâles claquements de bottes d'un exécutant de malambo (San Antonio de Areco)
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/18 – Un festival folklorique provincial typique, la Fête de la Noix à Londres (Catamarca)
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/18 – Ballet folklorique (Fête de la Noix à Londres, Catamarca)
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/18 – Un chanteur récitant une copla (Fête de la Noix à Londres, Catamarca)
+13
fermer
photo 6/18 – Los Palmeras, icônes de la cumbia, folklore tropical du Litoral (Fête de la Noix à Londres, Catamarca)
fermer
photo 7/18 – Fresque à la gloire de la chacarera à Santiago del Estero ; notez les danseurs avec leurs bras levés
fermer
photo 8/18Marcha de los Bombos, expression de l'identité santiagueña et célébration de la chacarera
fermer
photo 9/18 – Un ensemble jouant une chacarera lors de la Marcha de los Bombos (Santiago del Estero)
fermer
photo 10/18 – Jeunes filles improvisant une danse folklorique, en marge de la Marcha de los Bombos (Santiago del Estero)
fermer
photo 11/18 – Couples dansant une chacarera dans une peña de Mataderos (quartier de Buenos Aires)
fermer
photo 12/18 – Une chanteuse de chamamé (bal populaire à Mataderos, Buenos Aires)
fermer
photo 13/18 – Danseurs d'un bal populaire à Mataderos (Buenos Aires)
fermer
photo 14/18 – Danseurs de chamamé au sanctuaire de San La Muerte (Corrientes)
fermer
photo 15/18 – Un disquaire spécialisé dans le chamamé à Corrientes
fermer
photo 16/18 – Statuettes immortalisant la chaya, danse typique du carnaval à La Rioja
fermer
photo 17/18 – Le charango, petite guitare andine originaire de Potosí (Bolivie)
fermer
photo 18/18 – Folklore bavarois lors de l'Oktoberfest de Villa General Belgrano – la part des colectividades d'immigrés (Córdoba)

Localisation : toute l'Argentine

Quelques précisions

Certes, l'Argentine est bien « le pays du tango », mais cette danse est l'une des dernières-nées du folklore national (elle est apparue dans la deuxième moitié du XIXème siècle), et de fait on ne la considère généralement pas comme appartenant au folklore proprement dit – peut-être à cause de sa notoriété mondiale, justement, ou parce que son origine se perd dans une incertaine fusion de rythmes africains et de faconde italienne ; rien de bien criollo, donc. Car voilà l'essence du folklore argentin : la culture criolla, “créole”, c'est-à-dire de lointaine origine espagnole mais de tradition farouchement américaine. Ce qui n'exclut ni les influences indigènes (voire noires), ni les apports européens plus tardifs (essentiellement dans le chamamé), mais cependant ce folklore reste étroitement identifié à la figure du gaucho, et évolue donc résolument dans un univers rural – à l'inverse du tango, foncièrement urbain.
Les instruments de prédilection du folklore sont, d'une façon générale, la guitare (ou sa variante andine le charango) et le tambour (gros bombo ou petite caja chayera), mais le violon, le piano et l'accordéon (ou le bandonéon) y ont acquis leurs entrées de longue date. La voix, bien sûr, demeure l'instrument essentiel, et la danse (en solo, en couple ou en groupe) en est une expression inévitable et passionnée.
Les genres folkloriques sont légion, et généralement associés à une région particulière. Par exemple, la cueca et la tonada sont originaires du Cuyo et ont le vin pour thème de prédilection – mais pas uniquement ; le chamamé, si particulier avec sa superposition de rythmes binaires et ternaires ponctués de fulgurants sapucay (hurlements suraigus), est l'âme du Litoral et plus particulièrement de Corrientes ; la chaya résonne à La Rioja, notamment lors du carnaval, une fête également fortement associée au carnavalito du Nord-ouest (Jujuy). Dans ce dernier secteur, le huayno et le bailecito, un peu braillards, ont également les faveurs des peuples originaires. A Córdoba, on apprécie la jota distinguée, mais plus encore le cuarteto qui, avant de devenir cette variante effrénée de la cumbia tropicale (pas toujours considérée comme partie du folklore), a eut ses lettres de noblesse plus classiques. Dans la pampa sont nés le malambo, brillant exercice d'adresse au cours duquel les gauchos frappent frénétiquement le sol de leurs bottes (seul ou en groupe), et la milonga qui, avant de désigner un club de tango, est une complainte dont la basse lente et syncopée possède un caractère particulièrement lugubre. Pour conclure cette brève liste, qui présente les formes les plus fameuses et éclipse de très nombreux genres moins connus (notamment en Patagonie), il faut impérativement citer les deux danses les plus appréciées, enseignées (notamment à l'école) et – disons-le – vénérées : la chacarera et la zamba.
La chacarera est née à Santiago del Estero, parmi les employés de ferme (chacra). La plus célèbre des chacarerasAñoranzas ») exprime, comme bon nombre de ses semblables, l'attachement nostalgique du poète et chanteur à cette région difficile et malaimée du centre de l'Argentine. Au-delà du régionalisme, la chacarera est extrêmement populaire dans tout le pays, et de nombreuses familles possèdent un bombo legüero, gros tambour tendu d'une peau de chèvre qui est l'instrument iconique de la chacarera mais a conquis la plupart des autres genres. La danse associée, virevoltante, est au programme de toutes les écoles primaires, et lorsque, dans une peña ou sur une scène, le chanteur lance l'appel « y se va la primera » (« voici la première [strophe/danse] »), nombreux sont les Argentins qui se précipitent bras levés en claquant des doigts...
Quant à la zamba (à ne pas confondre avec la samba brésilienne), elle fut un temps pressentie pour être déclarée “danse nationale argentine” (avant de se faire voler la place par le pericón, dont la chorégraphie est vaguement similaire) ; elle fait l'objet d'un enseignement scolaire tout aussi assidu, et d'un engouement non moins passionné. D'un rythme plus indolent et suranné que la chacarera, elle se danse normalement en couple, chaque partenaire brandissant un pañuelo (grand mouchoir), et de fait l'une des zambas les plus fameuses fredonne « agitando pañuelos » ; et les danseurs vont et viennent en une ronde savamment codée, agitant leur mouchoir tantôt avec faconde, tantôt avec pudeur, mimant une véritable parade de séduction qui se termine par une embrasse suggérée, voire un baiser dissimulé par le mouchoir.
Signalons que le folklore argentin ne se limite pas à des interprétations puristes ou à des rediffusions grésillantes de sempiternels classiques (dans le registre des Cantores del Alba ou des Chalchaleros, pour n'évoquer que deux groupes mythiques). C'est un genre musical bien vivant qui, à côté de monstres sacrés âgés ou décédés (Mercedes Sosa, Jaime Torres, Horacio Guaraní, Atahualpa Yupanquí, etc.), possède ses hérauts populaires (le Chaqueño Palavecino), ses nouveaux troubadours (Abel Pintos, Soledad), ses groupes aux accents presque rock (Los Nocheros, Los Huayras) et une relève prometteuse – pour ne citer que les plus grands noms ; les initiés cependant vous diront que tout cela sent par trop la musique commerciale...

Contacts, horaires, informations diverses

Comment découvrir le folklore argentin, au-delà des maigres photos ici proposées (et pour cause : il est assez incongru de débouler avec son appareil-photo dans une fête populaire) ? D'emblée, pour se faire une idée sonore de ce dont il s'agit, le mieux est évidemment d'écouter la radio argentine ! Plusieurs canaux provinciaux diffusent abondamment des airs folkloriques ; le plus intéressant et varié demeure cependant la radio publique nationale : syntonisez la Nacional Folklórica sur 98,7 FM – musique, interviews, chroniques, vous saurez tout sur le folklore nacional.
Ensuite, évidemment, Youtube est un excellent outil pour apprécier visuellement à quoi ressemblent les danses associées aux genres musicaux énumérés plus haut ; cherchez notamment zamba, chacarera, malambo ou carnavalito, pour les plus spectaculaires.
Bien entendu, les disquaires consacrent d'importants rayonnages au folklore, qui croulent sous les enregistrements d'hier et d'aujourd'hui... La librairie de l'Ateneo Grand Splendid (Santa Fe 1860, Buenos Aires) n'est pas le disquaire le plus pointu, sans doute, mais elle offre un choix très important et on ne s'y sent pas trop intimidé...
Mais le must, évidemment, c'est d'assister à un récital, un festival ou un bal populaire – et éventuellement de participer. Bien sûr, la ville et la province de Buenos Aires possèdent leur lot de peñas (salle de danse) et autres pulperías (débit de boisson où se produisent immanquablement des musiciens). Une bonne adresse dans la capitale : La Peña del Colorado (Güemes 3657, Palermo ; www.lapeniadelcolorado.com) propose plutôt des récitals et des guitarreadas où tout un chacun peut apporter sa guitare et pousser la chansonnette depuis sa table. Le quartier de Mataderos concentre plusieurs pulperías, restaurants populaires avec piste de danse où les convives se précipitent à la première mesure de chacarera entonnée par un groupe de musiciens – idéal le dimanche après-midi. Tant que nous sommes à Buenos Aires, profitons-en pour mentionner www.cursosdefolklore.com.ar qui, comme son nom l'indique, organise des classes de danses folkloriques.
En province, San Antonio de Areco est un peu la Mecque des gauchos du dimanche. Dans ce village aux jolies façades anciennes, de nombreuses pulperías concentrent au crépuscule une foule de danseurs, certains en tenue traditionnelle rutilante, et après s'être abondamment rassasié on danse jusque tard dans la nuit. Les Portègnes nostalgiques et les touristes curieux sont nombreux, mais cela ne gâte nullement la qualité musicale ni l'ambiance.
De façon générale, plus on s'éloigne de Buenos Aires et plus le folklore gagne en spontanéité, quitte à perdre un peu en glamour – le mot d'ordre “bombacha et boina” (tenue classique du gaucho) cède la place au jean et au T-shirt, certes, mais la ferveur n'en est que plus vive et il y aura toujours quelques excentriques pour s'exhiber avec la panoplie complète du danseur de malambo : gilet cintré et bombacha bouffante.
L'été (janvier-février) est la saison idéale pour les amateurs de folklore comme pour les curieux, car c'est à ce moment que se tiennent la plupart des festivals ; mais les autres saisons ne sont pas totalement démunies. Tous les villages ou villes de quelque renom ont à cœur d'organiser leur propre fiesta ou festival, certains d'ampleur provinciale d'autres carrément labellisés “nacional”, pour peu qu'il y ait matière à célébrer une spécificité (agricole, généralement) locale.
Ainsi la Fiesta Nacional del Cordero (agneau) à Puerto Madryn (Chubut), la Fiesta Nacional de la Manzana (pomme) à General Roca (Río Negro), le Festival Provincial de la Nuez (noix) à Londres (Catamarca), ou celui du Cabrito y la Artesanía (chevreau et artisanat) à Quilino (Córdoba), de l'Algarrobeada (confiture extraite du fruit de l'algarrobo) à Cerro Colorado (Córdoba), la Fiesta Nacional del Chorizo Artesanal (saucisson artisanal) à Ataliva (Santa Fe), etc. La plupart de ces festivals ruraux ont une organisation aléatoire, qui fait régulièrement les frais de financements locaux débiles, et d'une année sur l'autre les festivités ne sont pas toujours reconduites.
Les gros festivals provinciaux, eux, ont plus de moyens et donc de régularité. Citons la Fiesta Nacional del Poncho à San Fernando de Catamarca, la Fiesta Nacional del Sol (soleil) à San Juan ou la Fiesta Nacional de la Vendimia (vendange) à Mendoza. Ces deux derniers sont de véritables shows qui ne lésinent ni sur les fumigènes ni sur les feux d'artifices ; mais cela n'empêche nullement les spectateurs de danser dans les allées ou les patios attenants.
Et bien entendu, il y a les festivals qui célèbrent tout bonnement le folklore-même. Ainsi le Festival Nacional de la Tonada à Tunuyán (Mendoza), la Fiesta Nacional del Chamamé à Corrientes, le Festival Nacional del Malambo à Laborde (Córdoba), le très fameux Festival Nacional e Internacional de la Doma y Folklore de Jesús María (Córdoba), etc. Le summum de tous ces événements est évidemment l'incontournable Festival Nacional de Folklore qui, neuf nuits durant, bat son plein dans la petite ville de Cosquín (Córdoba) – c'est, pour les artistes folkloriques, la consécration ultime.
Une fois n'est pas coutume, nous vous invitons à consulter une page Wikipedia proposant la liste exhaustive (?) de tous ces festivals : Fiestas nacionales de Argentina.
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?