Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 540

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Réserves > Puente del Inca

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Puente del Inca

cette arche naturelle, œuvre d'une rare combinaison de phénomènes géologiques, marquait jadis la limite méridionale des terres gouvernées par les Incas. Plus tard, les soldats de l'Indépendance en foulèrent la chaussée glissante, avant que la bourgeoisie de la nouvelle Argentine ne s'y bouscule pour apaiser ses maladies de peau...

Découvrez nos 6 photos prises sur la période 2008

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/6 – La vallée du Río de las Cuevas, au coeur de la Cordillère Principale
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/6 – Vue générale du Puente del Inca ; en contrebas les thermes en ruines, au fond la chapelle indemne
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/6 – Gros plan sur les installations thermales
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/6 – Le tablier du pont, dont l'épaisseur atteint 8m aux extrémités
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/6 – Détail des coulées ferrugineuses
+1
fermer
photo 6/6 – Pont désaffecté du Ferrocarril Transandino qui desservait les thermes et le Chili
A proximité
Argentine
Paso de la Cumbre (Christ Rédempteur)
Argentine
Aconcagua

Localisation : MendozaArgentine – région Cuyo

Statut : Monument (Naturel) Provincial

Écosystèmes concernés : Hautes Andes

Quelques précisions

L'arche s'est vraisemblablement formée lors de la dernière glaciation. La source ferrugineuse avoisinante aurait tapissé par écoulement naturel la chape de glace qui comblait alors le goulet par lequel s'écoule de nos jours le Río de las Cuevas. Lorsque cette chape de glace a eu entièrement fondu, l'accumulation répétée des couches de minéraux à la surface, sur le trajet bien délimité de l'écoulement ferrugineux, constituait une couche épaisse de matière solidifiée, formant ni plus ni moins un pont de quelque 50m de long et 28m de large.
L'ouvrage naturel était apparemment fréquenté par les sujets de l'Inca, ce qui lui valu son nom de Pont de l'Inca (Puente del Inca). En 1817, lors de sa traversée des Andes, San Martín le franchit avec son armée pour pouvoir accéder au Paso de la Cumbre et atteindre le Chili.
Plus tard au cours de ce même XIXème siècle, la source ferrugineuse à l'origine du pont devint l'objet d'un engouement thermal de la part de la nouvelle bourgeoise argentine. En 1925, un complexe hôtelier fut construit à proximité des sources, avec des piscines privatives pour ses locataires. Une vraie petite bourgade naquit ainsi sur les rives du Río de las Cuevas, et le succès fut tel qu'on traça bientôt une ligne de chemin de fer, le Ferrocarril Transandino, avec force ponts et tunnels, pour desservir la station thermale. La voie fut prolongée jusqu'au Chili, à Santa Rosa de los Andes (aujourd'hui Los Andes), et cette ligne symbolique véhicula en son temps des personnalités telles que Perón et son Eva ou le Prince de Galles.
Tant de progrès grandiose accusa un sérieux coup de frein en 1965, lorsqu'une avalanche apocalyptique emporta d'un coup toute la station thermale ; seule la chapelle fut épargnée par la coulée dévastatrice. L'hôtel ne s'en remit jamais, et la ligne de chemin de fer déclina rapidement. Après de multiples interruptions dues à divers avalanches, et sous le coup de la concurrence grandissante de l'aviation civile, la ligne fut finalement abandonnée en 1984.
Le Pont de l'Inca, lui, est toujours d'aplomb et les touristes sont revenus (en car ou en auto), non plus pour les bains ferrugineux mais pour la simple beauté des lieux. Toutefois, l'accès au tablier n'est plus autorisé depuis 2006, car de petits éboulement y ont été observés.

Comment y aller ?

Impossible de rater le Puente del Inca sur la Nationale 7 qui relie Mendoza à Santiago de Chile. Les panneaux sont nombreux, et les étals de souvenirs bien davantage encore. Le site se situe à 180km de la ville de Mendoza. La route est excellente quoique passablement encombrée par le trafic des touristes et des camions qui empruntent cet important “Corridor Biocéanique”.
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?