Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 542

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Réserves > Laguna del Diamante

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Laguna del Diamante

sur les traces de l'infortuné Henri Guillaumet qui y planta jadis son avion, explorez l'un des joyaux des Andes centrales. Lagune cristalline et volcan altier signalent l'emplacement de l'une des plus vastes et destructrices caldeiras des Andes et du Monde... Pas de quoi vous passer l'envie d'y camper.

Découvrez nos 14 photos prises sur la période 2017

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/14 – La lagune au pied du volcan Maipo (5323 mètres d'altitude) – au premier plan, un petit affluent
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/14 – Lagune et volcan, de plus près
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/14 – La lagune vue depuis le pied du volcan Maipo ; quelques mouettes andines
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/14 – Le rivage ; au fond, le col d'accès à la lagune, en provenance de Mendoza
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/14 – Le rivage oriental de la lagune, recouvert d'une abondante quoique rase végétation
+9
fermer
photo 6/14 – Au sud, le Río Diamante, effluent de la lagune ; au fond le volcan Maipo
fermer
photo 7/14 – Ciel d'orage sur la lagune
fermer
photo 8/14 – La lagune à l'aube
fermer
photo 9/14 – Touffes de yareta en fleur (Azorella compacta)
fermer
photo 10/14 – Une harde de guanacos au bord de la lagune
fermer
photo 11/14 – Gaviota andina (“Mouette des Andes”, Larus serranus)
fermer
photo 12/14 – Pato Crestón (“Canard huppé”, Lophonetta specularioides)
fermer
photo 13/14 – Dormilona gris (“Dormilon à calotte rousse”, Muscisaxicola rufivertex)
fermer
photo 14/14 – Pêcheurs, une sous-espèce endémique de Homo sapiens
A proximité
Argentine
Laguna de Llancanelo
Argentine
Cajón Grande

Localisation : MendozaArgentine – région Cuyo

Statut : Réserve Provinciale

Écosystèmes concernés : Hautes Andes

Quelques précisions

La réserve est centrée autour d'une grande lagune de 14,1km², juchée à 3300 mètres d'altitude au cœur de la Cordillère Principale des Andes. La cristallinité de ses eaux, conjuguée au reflet presque parfaitement symétrique du volcan Maipo, lui ont valu la comparaison diamantine. D'une profondeur moyenne de quelque 38 mètres, atteignant en certains points 70 mètres, la lagune, alimentée par les eaux de fonte des neiges alentours et les précipitations estivales, s'est formée suite à l'obstruction du chenal d'évacuation de ces eaux par une coulée de lave émanant du volcan Maipo, à date très récente, vraisemblablement en 1826. Le bouchon basaltique une fois surmonté, la lagune se déverse paisiblement vers le sud, via le Río Diamante, lequel amorce un long trajet de 360km qui le mène hors des Andes, avant de traverser la plaine (et la ville) de San Rafael, puis de se jeter dans le grand fleuve collecteur du piémont andin : le Desaguadero (également appelé Bermejo, ou Salado), dont les eaux ne parviennent que très rarement à rejoindre le Río Colorado, dans le nord de la Patagonie, et de là l'Atlantique ; la plupart du temps, il s'épuise à hauteur du Lihué Calel.
Mais revenons à la source, et à l'emblématique Volcan Maipo qui domine la lagune. Ce stratovolcan au profil très régulier, culminant à 5323 mètres d'altitude sur la frontière chileno-argentine, est considéré comme temporairement assoupi ; sa dernière éruption remonte à 1941, et il n'a pas dit son dernier mot. Ses sautes d'humeur font toutefois pâle figure, comparées aux soubresauts cataclysmiques de l'antique caldeira sur laquelle il se dresse. Cette Caldera Diamante figure le cratère d'un volcan aujourd'hui disparu, de quelque 20km de diamètre, qui a explosé il y a environ 500.000 ans, entraînant une éruption de rang 7 sur 8 (échelle IEV), l'une des éruptions majeures répertoriées dans l'histoire géologique de notre planète (toutefois surpassée par son homologue catamarqueño le Volcan Galán).
Outre le Volcan Maipo, l'autre vedette de la Laguna Diamante est l'aviateur français Henri Guillaumet, dont une petite stèle dressée au bord de la lagune rappelle l'infortune. C'est ici, en effet, que le vendredi 13 (!) juin 1930, après avoir décollé de Santiago du Chili, le vaillant pilote de l’Aéropostale, qui n'en était pourtant pas à sa première traversée de la Cordillère (c'était même la 92ème !), fut pris dans une tempête de neige et, à force de détours et de péripéties, tomba à court de carburant. Avisant l'un des très rares replats de cette section des Andes, le pourtour de la Laguna Diamante, il tenta l'atterrissage, sauva sa vie mais planta brutalement son Potez 25, après une violente culbute, roues par-dessus ailes. Guillaumet entreprit alors une longue pérégrination pour s'extraire des Andes, et dut marcher dans la neige et le froid cinq jours et cinq nuits durant, avant de parvenir, exténué mais sauf, à San Carlos, au sud de Mendoza, où il put être secouru. D'autres n'auront pas sa chance (voir le crash du “Vol 571 Fuerza Aérea Uruguaya” dans la vallée voisine du Sosneado)...

Comment y aller ?

La route d'accès à la Laguna Diamante débute au kilomètre 3139 de la Ruta 40, à 150km au sud de la ville de Mendoza (54km au sud de San Carlos) ; à cet endroit, prendre la bifurcation vers l'ouest (route provinciale 98) : c'est une piste sinueuse mais en bon état. Comptez 19km pour atteindre l'entrée de la réserve, signalée par un imposant poste de garde-parcs (General Alvarado) où vous devrez vous enregistrer et pourrez visiter le petit musée. Ensuite, il y a encore une quarantaine de kilomètres jusqu'à la lagune et au camping. Comptez bien trois heures depuis San Carlos. Soyez attentif et prudent : vous ne serez pas tout seul sur la piste aux mois d'été (janvier, février) ou les week-ends longs principalement...

Où dormir ?

La Laguna Diamante est très prisée des gens de San Rafael pour passer un week-end champêtre, à pêcher ou à se balader, et fuir la chaleur écrasante de la plaine en été. Aussi, les abords de la lagune sont aménagés afin que tout ce petit monde soit proprement canalisé. Il y a des emplacements pour stationner, et des espaces dédiés pour planter la tente, ainsi que des sanitaires. Bref : ça n'est pas la réserve la plus sauvage des Andes ; mais après tout, on peut y camper sans risques !
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?