Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 1 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 543

Votre itinéraire comporte 1 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Temples > Missions jésuites de Chiquitos

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Missions jésuites de Chiquitos

popularisé par le Festival International de Musique Baroque qui s'y déroule tous les deux ans, cet ensemble architectural disséminé dans le Chaco foisonnant et rescapé d'une ruine biséculaire dévoile aux yeux incrédules l'apogée d'un art métis où se mêlent étrangement le somptueux et le naïf. Une symbiose bouleversante.

Découvrez nos 30 photos prises sur la période 2010

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/30 – Le chaco, cadre luxuriant des Missions dans l'Oriente bolivien
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/30 – Façade de la mission de San Javier (1691), combinaison ingénue de reliefs et de trompe-l’œil
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/30 – San Javier : la nef aux piliers torsadés
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/30 – L'autel consacré à Saint François Xavier (San Javier), dont les bas-reliefs naïfs illustrent l'apostolat et le martyre en Asie
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/30 – Le cloître et le campanile de San Javier, en restauration
+25
fermer
photo 6/30 – La mission de Concepción (1709)
fermer
photo 7/30 – Le porche de Concepción, surplombé de la toiture en auvent, tel un atrium baroque
fermer
photo 8/30 – Le somptueux autel de Concepción, dédié à l'Immaculée Conception
fermer
photo 9/30 – Le confessionnal surmonté d'une adaptation contemporaine et locale de la Passion (Concepción)
fermer
photo 10/30 – Deux angelots en bois polychrome escortent le tabernacle (Concepción)
fermer
photo 11/30 – En attendant l'office vespéral (Concepción)
fermer
photo 12/30 – Le Musée des Missions de Concepción expose de superbes œuvres d'Art religieux, comme cet ange à la trompe
fermer
photo 13/30 – La mission de San Ignacio (1748) défigurée par un campanile moderne
fermer
photo 14/30 – Plantureux chapiteau soutenant la charpente de San Ignacio
fermer
photo 15/30 – La charpente polychrome du chœur de San Ignacio
fermer
photo 16/30 – Méticuleux travaux de restauration artisanale sur la façade de San Ignacio
fermer
photo 17/30 – La façade de San Miguel (1721), peut-être la plus splendide de toutes ; notez Saint Pierre et Saint Paul
fermer
photo 18/30 – Le chœur de San Miguel, abondamment peint
fermer
photo 19/30 – Au milieu de l'autel, l'archange éponyme Saint Michel brandit le boulier frappé de la devise “Quis ut Deus
fermer
photo 20/30 – Le monogramme jésuite IHS tout feu tout flamme au faîte de la voûte
fermer
photo 21/30 – Chœur de la mission de San Rafael (1696) ; notez les petits orants juchés sur les pilastres
fermer
photo 22/30 – La façade de San Rafael fait preuve de beaucoup de naïveté ; ici l'archange éponyme est tout juste esquissé
fermer
photo 23/30 – Saint François (reconnaissable aux stigmates) prêche à une foule bigarrée
fermer
photo 24/30 – Un angelot musicien s'époumone dans une douçaine, ancêtre baroque du basson
fermer
photo 25/30 – Un Moyen-Âge occidental d'emprunt, sur la façade de San Rafael
fermer
photo 26/30 – “Tout ce qui brille n'est pas d'or”, comme en témoigne le recouvrement de la chaire, vraisemblablement de mica
fermer
photo 27/30 – La mission rustique et très isolée de Santa Ana (1755), l'une des dernières édifiées
fermer
photo 28/30 – L'intérieur de Santa Ana, très dénudé ; préparatifs pour une procession
fermer
photo 29/30 – Les peintures murales sont à peine ébauchées (Santa Ana)
fermer
photo 30/30 – L'antique orgue de Santa Ana
A proximité
Bolivie
Noel Kempff Mercado
Jouez !

Testez vos connaissances
Affrontez notre quiz
ludique et instructif !

Localisation : Santa CruzBolivie

Époque : XVIIème et XVIIIème siècles

Classé au Patrimoine Mondial de l'Humanité en 1990

Quelques précisions

Gloire et désaveu d'un ordre missionnaire
Fondée en 1534 à Montmarte (Paris) par Saint Ignace de Loyola (San Ignacio), la Compagnie de Jésus (alias les Jésuites) n'est pas le seul ordre catholique à s'être implanté dans l'Amérique coloniale espagnole. C'est même l'un des derniers en date de la première vague de missionnaires surgie dans la foulée de la Découverte puis de la Conquête, après Franciscains (dès 1502 – voir Yaguarón), Dominicains (1510), Mercédaires (1519), Augustins (1533) – mais avant les Salésiens débarqués beaucoup plus tardivement (XIXème siècle), puis les missions évangéliques contemporaines venues des USA ou de Corée (XXème et XXIème siècles). Il faut toutefois reconnaître que les Jésuites ont laissé une empreinte particulièrement profonde dans l'Histoire et dans l'Imaginaire occidentaux, au-delà de la récente publicité qu'ont pu en faire le film Mission de Roland Joffé (1986) ou l'élection du pape François (2013), rejeton argentin de l'ordre.
Cette renommée, ils la doivent à la vigueur toujours actuelle de leur ordre (les effectifs les plus importants du monde catholique, si l'on ne fusionne pas les différents courants franciscains), à leur histoire rocambolesque (où alternent splendeur et disgrâce, utopie et realpolitik, aventures prodigieuses et menus conciliabules), à leur réputation de grands intellectuels et ingénieurs (intégrer la Compagnie requiert des études de théologie poussées, et non la simple vocation), et certainement aussi au patrimoine architectural qu'ils ont laissé derrière eux aux quatre coins du Globe, depuis le Sonora mexicain jusqu'aux Philippines, en passant par l'ensemble le plus vaste et somptueux : la Province du Paraguay.
C'est cette emprise globale et trans-impériale, à la solde du pape auquel les Jésuites font vœu d’obéissance, qui fit rapidement percevoir les Jésuites comme un pernicieux État dans l’État et provoqua leur disgrâce à la fin du XVIIIème siècle : ils furent successivement expulsés de tous les royaumes et empires coloniaux européens (dont la Couronne espagnole, en 1767), avant de voir leur ordre dissout par le pape Clément XIV en 1773. Une fois terminée l'ère des Lumières, de l'Absolutisme et des Révolutions, l'ordre sera rétabli en 1814 et les Jésuites repartiront de plus belle à la conquête de la planète...
Les Jésuites entre la Pampa et le Chaco
En Amérique du Sud, la Compagnie de Jésus s'est implantée en 1589 à Córdoba (Argentine), qui devint l'épicentre d'un véritable empire polyvalent. La ville était en effet le siège de la manzana jesuítica, un îlot entièrement dédié aux activités des Jésuites, qui y possédaient un collège (el Colegio Máximo), une église (la Iglesia de la Compañía) et diverses dépendances. Au-delà de la ville, dans la campagne et les sierras environnantes, l'ordre possédait six estancias, vastes domaines agricoles esclavagistes voués principalement à l'élevage des mules, une marchandise à forte valeur ajoutée sur le Camino Real qui reliait la mine du Potosí au port de Buenos Aires. Épicentre économique et politique, à mille lieues géographiques et idéologiques de tout œuvre évangélique.
A l'inverse, leur projet missionnaire était centré sur la Province du Paraguay, qui dépassait largement les frontières actuelles du pays homonyme. Elle s'étendait depuis le département bolivien de Beni au nord-ouest, jusqu'à l’État brésilien du Rio Grande du Sul à l'est. Au sud, elle atteignait Yapeyú (province argentine de Corrientes). Dans cet espace sauvage et reculé, peu accessible, les Jésuites fondèrent un ensemble de Missions (misiones), domaines ruraux centrés sur une église et ses dépendances (cloître, baraquements, collège, ateliers), également dénommées Réductions (reducciones) en vertu de la volonté obsessionnelle de la Couronne espagnole et des ordres religieux de “réduire” à la vie sédentaire les peuples nomades de la forêt, lesquels ressortissaient à la grande famille ethnolinguistique des Guaranis et dont le mode de vie horrifiait déjà la civilisation urbaine andine des Incas. Sédentarisation, évangélisation, infantilisation même diront certains (Edgar Quinet en tête) : les jalons d'une acculturation indéniable, dont il serait toutefois absurde de vouloir nier une réalité effective, celle d'une protection contre les conquistadores, bandeirantes et autres prévaricateurs espagnols et portugais. Les Jésuites ont permis de retarder, sinon d'empêcher, l’anéantissement de la culture guaranie, qui surviendra dès le lendemain de l'expulsion des Jésuites en 1767. Dans la foulée, toutes les missions jésuites seront démantelées et ruinées. Seules celles de Chiquitos subiront une restauration complète et réussie à la fin du XXème siècle.
A son apogée, la Province du Paraguay totalisait plus d'une cinquantaine de missions :
  • une trentaine concentrée dans et autour de l'actuelle province argentine justement nommée Misiones ; elles sont aujourd'hui classées par l'Unesco comme Missions jésuites des Guaranis et Missions jésuites du Paraguay (voir nos fiches spécifiques) ;
  • une vingtaine éparpillée dans l'Oriente bolivien, incluant deux ensembles distincts : les Missions jésuites de Chiquitos (département de Santa Cruz de la Sierra), classées par l'Unesco et ici développées sur la présente fiche ; les Missions jésuites de Moxos, plus au nord dans le département de Beni.
Le Baroque Guarani
Les Missions auront permis l'éclosion d'une culture métisse originale, dénommée Barroco Guaraní, mêlant conceptions savantes occidentales et sensibilité amérindienne, qui s'est incarné de diverses façons. Côté architecture, le Père jésuite d'origine suisse Martin Schmidt (1694-1772) fut le maître d’œuvre des missions, dont la décoration picturale révèle cependant la participation essentielle des Chiquitos. Côté musique, le Père jésuite italien Domenico Zipoli (1688-1726 ; décédé en l'estancia de Santa Catalina, à Córdoba, Argentina) a composé des œuvres vocales et instrumentales pour des exécutants Chiquitos ; aujourd'hui, les lointains héritiers des amérindiens perpétuent cette tradition musicale dans le cadre du très remarquable Festival International de Musique Baroque, organisé par l'APAC (Asociación Pro Arte y Cultura) tous les 2 ans, depuis 1996 (dernière édition en date : avril-mai 2016) ; des enregistrements en sont disponibles dans le commerce ou sur le web, et constituent une porte d'entrée idéale et éblouissante à l'univers des Missions jésuites de Chiquitos. Suivez-en l'actualité sur la page Facebook FestivalDeMusicaBarrocaMisionesDeChiquitosBolivia.
De fait, la saison idéale pour visiter les Missions débute effectivement en automne (avril), après l'été torride et ses averses apocalyptiques qui rendent les pistes peu transitables, et s'achève vers le mois de novembre.

Comment y aller ?

Lorsque l'on jauge rapidement la carte de l'Oriente bolivien, on peut être facilement induit en erreur, car à proximité du Brésil immense tout semble comparativement plus petit. On penserait que le chapelet de missions est réparti dans un mouchoir de poche, et on s'imaginerait volontiers visiter l'ensemble en une journée au départ de Santa Cruz de la Sierra. Or, il n'en est rien !
Les missions se répartissent sur une boucle, au départ de Santa Cruz de la Sierra. San Ignacio de Velasco constitue le point le plus éloigné de Santa Cruz, dont il est distant de la bagatelle de 460km par le bras nord de la boucle, et 480km par le bras sud. Le bras nord dessert les villages et missions éponymes de San Javier et Concepción ; le bras sud, ceux de San Miguel, San Rafael et San José de Chiquitos (que nous n'avons pas visité, à cause d'une avarie mécanique). La mission de Santa Ana est accessible par un petit crochet de 70km qui relie San Ignacio et San Rafael en évitant San Miguel.
Outre les distances importantes (1000km donc, au départ et à l'arrivée de Santa Cruz), l'état du réseau routier est un facteur qu'il faut bien avoir en considération au moment d'entreprendre le périple. La sortie de Santa Cruz est asphaltée mais très chaotique. La Nationale 4, qui relie Santa Cruz à San José de Chiquitos (“bras sud”) et au-delà connecte la Bolivie au Brésil, est pareillement rocambolesque et encombrée de camions sans foi ni loi. En revanche, le grand arc qui relie San José de Chiquitos, San Rafael, San Miguel, San Ignacio et Santa Rosa de la Roca ("bras nord", Nationale 17) est une piste de traverse en terre (une terre chaqueña rougeâtre, volatile à la saison sèche, terriblement boueuse à la saison humide), peu fréquentée (donc gare aux avaries mécaniques). Enfin, le tronçon entre Santa Cruz et Santa Rosa de la Roca (Nationales 9 et 10) est de nouveau asphalté, mais c'est une route de moindre importance que la Nationale 4 et les nids de poule y étaient très nombreux en 2010...
Voilà pour les indications utiles si vous possédez un véhicule (ou si vous en louez un à Santa Cruz de la Sierra), de loin l'option la plus recommandable car elle vous permettra de ne pas perdre trop de temps avec les transports en commun, lents et aléatoires. Sachez toutefois qu'il existe des bus ou des services de van-taxi qui relient Santa Cruz de la Sierra à différentes localités ; nous avons eu l'occasion d'effectuer le trajet entre San Ignacio de Velasco et Santa Cruz en van-taxi, lorsque notre propre véhicule était hors-service ; ça n'était pas précisément confortable, et le prix était tout de même assez corsé. Vous pouvez également recourir aux services de taxis locaux (pas forcément homologués) pour rayonner autour des principaux villages ; par exemple, cela peut être utile pour visiter San Miguel, San Rafael et Santa Ana au départ de San Ignacio, sur une journée.

Où dormir ?

Au long de la boucle qui relie les missions, chaque village d'étape offre une ou plusieurs possibilités d'hébergement, notamment à San Javier, Concepción et San Ignacio de Velasco (le village le plus étoffé). San José de Chiquitos est également un carrefour stratégique sur la nationale 4. Prévoyez deux étapes pour effectuer la boucle en toute tranquillité, par exemple à Concepción puis à San Rafael.
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?