Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 540

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > H2O > Río Uruguay

Cette fiche thématique ne peut être ajoutée à votre itinéraire
Río Uruguay

plus modeste que son compère le Paraná, avec lequel il partage l'estuaire du Río de la Plata, le fleuve Uruguay offre un abord sinueux et paisible, dont les méandres hébergent de jolis brins de plage. Une frontière idyllique, qui pourtant cristallise de vives tensions politiques et environnementales entre les deux républiques sœurs riveraines.

Découvrez nos 11 photos prises sur la période 2008-2010

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/11 – Les chutes du Moconá, point d'entrée du Río Uruguay en Argentine, depuis le Brésil
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/11 – Vue aérienne du Moconá, avec sa faille longitudinale (carte postale)
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/11 – La rive argentine du Río Uruguay, et son peuplement éparse de colons plus ou moins légaux (Misiones)
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/11 – Le Río Uruguay s'étoffe et serpente entre Argentine (à gauche) et Brésil (à droite)
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/11 – Le Río Uruguay dans sa plus large extension, entre Argentine et Uruguay (Entre Ríos)
+6
fermer
photo 6/11 – La rive argentine du Río Uruguay à la lisière du Parc National El Palmar (Entre Ríos)
fermer
photo 7/11 – Entre Argentine et Uruguay, un fleuve aux berges sauvages (El Palmar, Entre Ríos)
fermer
photo 8/11 – Plage populaire à Colón (Entre Ríos)
fermer
photo 9/11 – Le village de Villa Paranacito, sur un affluent du Río Uruguay (Entre Ríos)
fermer
photo 10/11 – A l'orée du Río de la Plata leur estuaire commun, les ríos Uruguay et Paraná fusionnent en un verdoyant delta
fermer
photo 11/11 – « No a las papeleras » : non aux papeteries. Le conflit Botnia, enjeu diplomatique crucial autour du río

Localisation : Entre RíosArgentine – région Litoral CorrientesArgentine – région Litoral MisionesArgentine – région Litoral LitoralUruguay

Superficie (en km²) : 370.000 (bassin)

Quelques précisions

Initialement baptisé Río San Cristóbal (Saint Christophe) par ses premiers explorateurs occidentaux, le fleuve a rapidement repris sa dénomination indigène : urú, en Guaraní, se réfère à différents types d'oiseaux ; et on retrouve guay, l'eau, dans plusieurs toponyme régionaux (Paraguay, Gualeguay, Gualeguaychú, etc.). Le Río Uruguay est donc le Fleuve des Oiseaux, ou plus précisément d'une espèce de perdrix locale. Par métonymie, il a ensuite donné son nom à la République Orientale de l'Uruguay (alias Uruguay). Pour ne pas confondre le fleuve et le pays, nous tâcherons de toujours préciser “Río Uruguay” pour le premier.
Le cours du Río Uruguay s'étire sur 1.779 kilomètres, depuis la confluence des rivières Canoas et Pelotas qui prennent chacune leur source dans la Sierra Geral, au Brésil. Le fleuve délimite ensuite les frontières entre Brésil et Argentine puis entre cette dernière et l'Uruguay, avant de rejoindre le delta du Paraná et de fusionner avec celui-ci dans leur estuaire commun le Río de la Plata.
Avec un débit moyen de 4.600m³/s, c'est un fleuve beaucoup plus paisible que le Paraná (17.300m³/s). Plusieurs barrages hydroélectriques n'en jalonnent pas moins son cours : deux au Brésil, un entre Argentine et Uruguay (le barrage de Salto Grande). Argentine et Brésil envisagent par ailleurs la construction d'un complexe commun à hauteur de Garruchos (Corrientes).
L'affaire des papeleras, également dite affaire Botnia. S'il est l'objet de lucratives concertations énergétiques, le Río Uruguay est aussi la source de vives tensions environnementales et – donc – politiques, entre Argentine et Uruguay, depuis 2005. La raison ? La décision unilatérale prise par la République de l'Uruguay d'autoriser la construction, par le groupe finlandais Botnia, d'une papeterie (papelera) sur la rive orientale du fleuve, en face des plages argentines de Gualeguaychú ; une menace non seulement pour le tourisme local mais aussi pour l'écosystème du delta.
Les protestations de l'Argentine ont débouché sur plusieurs mois de très vives tensions diplomatiques et populaires (avec le blocage à répétition des ponts internationaux entre les deux pays, sur le fleuve), et l'affaire fut portée devant la Cour Internationale de Justice. Celle-ci a rendu son verdict en avril 2010, reconnaissant d'un côté les torts de l'Uruguay en matière de procédure (Montevideo aurait dû informer Buenos Aires au préalable, en vertu du Traité du Fleuve Uruguay signé par les deux parties en 1975), mais invalidant d'autre part les accusations de pollution environnementale, non démontrée (ou du moins non spécifiquement identifiée dans l'état de pollution générale du fleuve). La fabrique a donc pu poursuivre légalement sa production. La tension a été ravivée fin 2013, après la décision unilatérale de l'Uruguay d'augmenter la production de 10% – des poursuites sont de nouveau envisagées par l'Argentine.
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?