Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Villes > Puerto San Julián

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Puerto San Julián

ce havre naturel offrit il y a cinq siècles une escale inespérée aux navires de Magellan, lancés à la recherche d'un improbable passage austral vers les faramineuses terres aux épices. Étape cruciale de la première circumnavigation du globe, où le grand navigateur ibérique débordé par ses hommes joua son va-tout – et inventa la Patagonie.

Découvrez nos 5 photos prises sur la période 2010

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/5 – Réplique de la Nao Victoria, seul navire de l'expédition de Magellan à avoir complété le tour du monde
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/5 – Magellan en personne accueille les visiteurs à bord...
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/5 – Monument à la Guerre des Malouines, sur le front de baie
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/5 – Un monument en piteux état, dédié à “Mandito”, un hurluberlu local...
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/5 – A la sortie de Puerto San Julián, un petit sanctuaire dédié à San Expedito
A proximité
Argentine
Bosque Petrificado de Jaramillo
Argentine
Ría Deseado

Localisation : Santa CruzArgentine – région Patagonie

Habitants (source Wikipedia 2009) : 8000

Quelques précisions

Puerto San Julián se situe à l'intérieur des terres, en bordure d'une baie abritée de l'océan par une péninsule. Baie et péninsule portent également le nom de San Julián et constituent, avec les îles Cormorán et Justicia, la Réserve Provinciale San Julián, où l'on peut observer de nombreux oiseaux marins (notamment lesdits cormoranes) ainsi que manchots de Magellan et toninas overas (dauphins de Commerson).
Cependant, l'attraction “phare” de la petite ville est sans doute la réplique de la Nao Victoria, l'une des cinq caraques (nao en espagnol, navire de haute mer de conception antérieure à la caravelle) qui formèrent partie du fameux Tour du Monde de Magellan. Puerto San Julián fut en effet le théâtre d'une étape importante de cette “armada des épices” que le navigateur portugais au service du Roi d'Espagne entendait mener jusqu'en Insulinde en doublant le Nouveau Monde par le sud – un pari audacieux car nul ne savait encore que le continent américain possédait bien des extrémités !
Fernand de Magellan et ses cinq navires étaient donc parti de Cadix en septembre 1519. La traversée de l'Atlantique avait été longue (ce n'était pourtant qu'un début !), on avait atteint sans encombre le Río de Solís (futur Río de la Plata), puis l'interminable cabotage le long des côtes en direction d'un passage hypothétique avait mis les nerfs des marins à rude épreuve. L'hiver austral battait son plein, le moral des équipages était en berne. Magellan avisa fort opportunément cette baie providentielle et vint y mouiller ses navires, en attendant des jours meilleurs... Il baptisa l'endroit du nom de San Julián de Cesarea, que l'on fêtait en ce 31 mars 1520.
Le lendemain 1er avril, il fit tenir une messe, la première dit-on à avoir été célébrée en territoire argentin. Plus tard, lors de cette relâche hivernale qui devait durer cinq mois, Magellan dut réprimer une mutinerie ; il fit exécuter les meneurs sur une île de la baie, qui depuis porte le nom de “Justicia” (expéditive !). L'autre fait notoire de ce séjour fut l'invention d'un terme promis à un avenir géographique important : Patagón. L'origine de ce terme est aujourd'hui discutée ; soit qu'il ait été inspiré d'un héros de roman médiéval ainsi baptisé, soit qu'il soit imputable à l'inventivité lexicale de Magellan, toujours est-il qu'il désigne une personne dotée de “grosses pattes” (sens du mot pata affublé du suffixe emphatique -gón) ; autrement dit : un individu à la stature imposante. Et c'est bien ainsi que Magellan et ses compagnons perçurent les premiers autochtones qu'ils découvraient depuis qu'ils suivaient les côtes australes du continent. Grands et affables, ces “Patagons” firent forte impression sur l'explorateur portugais, qui parvint à embarquer quelques individus à bord dans l'intention de les ramener en Espagne. Les malheureux devaient mourir de soif lors de l'interminable traversée de l'Océan Pacifique l'année suivante...
Car avec l'arrivée du timide printemps austral, Magellan était reparti vers son cap chimérique. C'est le 21 octobre 1520 qu'il atteignait enfin le Cap des Mille Vierges (Cabo Vírgenes) et s'engouffrait dans le détroit qui porte aujourd'hui son nom, à l'extrémité australe de la Patagonie, ce qui lui permettait d'accéder à l'Océan Pacifique et, non sans de plus dures épreuves encore, les îles aux épices. Magellan devait perdre 4 de ses nefs dans les mois suivants, avant de perdre sa propre vie aux Philippines, le 27 avril 1521. Seule la Nao Victoria, commandée par son second Sebastián Elcano, parvint enfin en Espagne le 6 septembre 1522, avec 18 survivants seulement à bord (sur les 234 initialement présents). Ainsi s'achevait la première circumnavigation du globe. Quant à la Terre de Feu, d'autres navigateurs aventureux devaient en explorer les rivages périlleux – l'histoire continue avec le HMS Beagle...
La réplique de la Nao Victoria a été installée en 2004. Le navire ne flotte pas, et trône sur le boulevard sans charme qui longe la baie. Toutefois, il serait dommage de bouder cette attraction tout de même fascinante. Vous pourrez monter à bord et rencontrer Magellan en personne (quoique le gaillard de ciment soit peu loquasse...).
Notons, pour clore l'histoire de Puerto San Julián, qu'aucun établissement espagnol n'a été fondé par Magellan, pas davantage ici que sur le reste du littoral patagonique. Il faudra attendre 1780 pour qu'une petite colonie européenne s'installe à Florida Blanca, à une dizaine de kilomètres au nord de Puerto San Julián ; les ruines de ce bourg tôt abandonné se visitent et sont agrémentées d'un petit musée.

Comment y aller ?

Puerto San Julián est une étape de la Nationale 3 (Panamericana), à mi-chemin entre Río Gallegos (360km au sud) et Puerto Deseado (387km au nord). Il faut quitter la Nationale 3 et parcourir 6km d'une petite bretelle asphaltée.

Où dormir ?

Puerto San Julián possède plusieurs établissements hôteliers, moins en raison de la Nao Victoria qui ne suffirait pas à attirer les foules dans ce coin perdu de l’interminable littoral patagonique, que du potentiel touristique de la Réserve Provinciale San Julián qui offre des sorties terrestres ou nautiques pour découvrir l'important écosystème marin.
Nous avons testé et apprécié l'Hotel Municipal Costanera, assez austère mais tout de même accueillant, qui bénéficie d'une vue agréable sur la baie. Il se situe sur la costanera (boulevard côtier), à l'angle des rues 25 de Mayo et Urquiza. Consultez leur site web : www.costanerahotel.com.
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?