Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Villes > Ushuaïa

Cette fiche n'est pas dans
votre itinéraire – ajoutez-la
Ushuaïa

dans l'imaginaire mondial, abondamment relayé par l'industrie locale du tourisme, cette bourgade battue par les vents signale le Bout du Monde – et tant pis si les Chiliens chipotent ! Durant l'été austral, les aurores et les crépuscules interminables y nimbent le Canal Beagle et les Andes Fuégiennes d'une lumière enivrante de douce apocalypse.

Découvrez nos 18 photos prises sur la période 2009

photo en cours de chargement...
fermer
photo 1/18 – Atterrissage à Ushuaia, survol du Canal Beagle
photo en cours de chargement...
fermer
photo 2/18 – La Baie d'Ushuaia et son port de plaisance, au pied des Andes Fuégiennes
photo en cours de chargement...
fermer
photo 3/18 – Aux côtés du drapeau national, celui de la province de Tierra del Fuego, dont Ushuaia est la capitale
photo en cours de chargement...
fermer
photo 4/18 – Ushuaia, depuis le boulevard Magallanes (Magellan)
photo en cours de chargement...
fermer
photo 5/18 – Ushuaia, depuis le téléphérique qui monte au Glaciar Martial. De l'autre côté du Canal Beagle : le Chili
+13
fermer
photo 6/18 – La rue 9 de Julio sous la bruine
fermer
photo 7/18 – Maisons en bois, maisons en tôles
fermer
photo 8/18 – La jetée des bateaux de croisières
fermer
photo 9/18 – Le front de baie
fermer
photo 10/18 – L'épave du remorqueur Saint Christopher, dans la Baie d'Ushuaia
fermer
photo 11/18 – L’aéroclub d'Ushuaia, sur la péninsule homonyme en face de la ville
fermer
photo 12/18 – Le Bagne d'Ushuaia, reconverti en musée pénitentiaire et historique
fermer
photo 13/18 – El Faro del Fin del Mundo (“Phare du Bout du Monde”), antique phare d'Ushuaia, intégré au bagne
fermer
photo 14/18 – Fresque évoquant les hôtes illustres du Bagne d'Ushuaia – à droite le Petiso Orejudo
fermer
photo 15/18 – Autre fresque sur le mur de la Poste – hommage aux Onas, peuple originaire de Terre de Feu
fermer
photo 16/18 – Au terme de la Nationale 3, alias Panaméricaine
fermer
photo 17/18 – Dîner incontournable à Ushuaia : une centolla, alias “crabe royal de Patagonie”
fermer
photo 18/18 – Minuit, fin décembre. La nuit tombe sur Ushuaia pour trois brèves heures...
A proximité
Argentine
Tierra del Fuego
Argentine
Canal Beagle

Localisation : Tierra del FuegoArgentine – région Patagonie

Habitants (source Wikipedia 2009) : 57.000

Quelques précisions

Étrange toponyme que cet « Ushuaia » dont la prononciation est généralement déformée... Ni tilde, ni tréma en espagnol ; faites abstraction du H, et cela donnera quelque chose comme [ou-soi-ya], en prenant soin de faire siffler le S – comme dans “ssssifflement”, justement, et non comme un chuintement !
Sur ces recommandations importantes, qui vous permettront habilement de passer pour un connaisseur, qu'en est-il de l'étymologie ? Elle signifierait “baie profonde” dans l'idiome autochtone du peuple Yagán. Un temps orthographiée Oshovia, cette dernière graphie a été reprise récemment par nombres d'entreprises ou institutions locales. Notez qu'en français on s'entête à écrire “Ushuaïa”, avec un tréma.
L'histoire moderne d’Ushuaïa, elle, débute le 18 janvier 1869, lorsqu'en bordure de la baie déserte un groupe d'anglicans enquiquinants élève une mission pour évangéliser les peuples fuégiens des alentours. Mais c'est le 12 octobre 1884 que la véritable fondation d’Ushuaïa a lieu, lorsque l'amiral Augusto Lasserre prend officiellement possession de l'archipel au nom du gouvernement argentin, coupant l'herbe sous le pied des rivaux chiliens. Un gouverneur est nommé la même année, en la personne de Félix Paz, mais il faut cependant attendre 1894 pour que soient tracées les premières rues du bourg naissant.
L'évènement qui va étoffer durablement la population d’Ushuaïa est la création du bagne, en 1896. D'abord bâti de bois et de tôle, il fut bientôt reconstruit en dur par les bagnards eux-mêmes ; ce pénitencier est aujourd'hui le Musée maritime et pénitentiaire, attraction incontournable d’Ushuaïa.
Le pénitencier est fermé en 1947, et Ushuaïa peine à se reconvertir... La ville de Río Grande, de l'autre côté des Andes Fuégiennes, a pris de l'avance, profitant du boom économique institué par les avantages fiscaux concédés à la province de Terre de Feu pour en assurer le développement et y asseoir la suzeraineté argentine contestée par le Chili voisin. Tandis que Río Grande se pare de dizaines d'usines et que la steppe environnante fait le bonheur des éleveurs de mouton, Ushuaïa, acculée dans un recoin accidenté du Canal Beagle, hantée par sa réputation de havre maudit, n'attire guère les foules. Elle saura toutefois opter pour une voie toute différente : celle du tourisme.
Surfant sur son image de Bout du Monde (même si les Chiliens considèrent que ce titre revient à Puerto Williams, sur la rive sud du Canal Beagle), riche d'un paysage grandiose (fort austère en hiver, mais incroyablement lumineux en été) et d'atouts naturels en vogue (création du Parc National Terre de Feu, de la petite station de sports d'hiver du Glacier Martial ; proximité des colonies de manchots), Ushuaïa devient rapidement une destination fétiche du tourisme en Argentine, étape incontournable de la boucle aérienne desservant en amont Iguazú et El Calafate, ou terme mythique des amateurs de road-trip qui empruntent la Panaméricaine.
Voir nos importantes recommandations concernant les contraintes saisonnières liées à la proximité du Cercle Antarctique sur la fiche de la Terre de Feu.
Quelques lignes, pour terminer, concernant l'épave emblématique qui gît dans la Baie d’Ushuaïa, et que tout promeneur qui arpente les quais de la ville ne manque pas de contempler... Il s'agit du Saint Christopher, ultime avatar d'un remorqueur né aux États-Unis et cédé à la Royal Navy en 1944 sous le nom de HMS Justice. Ce petit remorqueur cuirassé et doté de quelques canons d'artillerie (artillado), mine de rien, a participé au Débarquement en Normandie ! Ensuite de quoi, il fut radié de la Royal Navy et revendu à un armateur argentin, qui l'enregistra sous pavillon costaricain.
En 1953, il participa aux infructueuses tentatives de sauvetage du Monte Cervantes, un bateau allemand échoué dans le Canal Beagle ; à la suite d'une mauvaise manœuvre, le bateau allemand coula brutalement au fond du canal et le malheureux remorqueur, entraîné dans le naufrage, fut gravement endommagé sur les écueils. La compagnie qui le possédait n'ayant pas survécu à cet épisode coûteux, le Saint Christopher fut abandonné à son triste sort, sur les hauts-fonds de la Baie d’Ushuaïa...

Comment y aller ?

Desservie en avion depuis Buenos Aires (3h) et d'autres villes du pays ou du Chili, Ushuaïa se mérite surtout lorsqu'on arrive par la route, car c'est le terme austral de la mythique Panaméricaine, toutes variantes confondues. Sachez toutefois que vous êtes à 3040 kilomètres de Buenos Aires, et que ce sont 3040 kilomètres de paysages plutôt austères et désolés, notamment le long du littoral patagon... A bons pédaleurs, salut !
En bus, des cars de ligne desservent Ushuaïa depuis les grandes villes du pays. Pour les connexions avec les principaux hubs de la Patagonie argentine et chilienne (El Calafate, Punta Arenas, Puerto Natales – et Río Gallegos), consultez la page transports du site www.todoushuaia.com.

Où dormir ?

Lors de notre séjour, nous avons beaucoup apprécié l'auberge Martín Fierro, tenue par le très sympathique Javier et son équipe. A mi-chemin entre le B&B et l'hostal, c'est un endroit bon marché, agréable, doté d'accueillants espaces communs avec vue sur la Baie.
Consultez leur website : www.martinfierrobyb.com.ar.

Où et que manger ?

Ushuaïa ne manque pas d'adresses ! Voici trois établissements aux styles et menus différents, que nous recommandons. El Fogón Gaucho est une adresse très prisée des voyageurs, où l'on déguste de savoureux plats de la région fuégienne (notamment de délicieux corderos, agneaux des steppes), dans un cadre de chalet andin. Adresse : San Martín 237.
Un restaurant plus classique et tranquille, la Tía Elvira, sur le front de baie, vous servira l'un des plats les emblématiques, qu'il faut avoir goûté : la centolla, ou “crabe royal de Patagonie”, une bestiole aux pattes démesurées et charnues à souhait, un délice. Adresse : avenue Maipú 349.
Enfin, si vous souhaitez célébrer en grande pompe votre séjour au Bout du Monde, pourquoi ne pas sacrifier votre tirelire et découvrir l'une des meilleures tables de tout le pays : Chez Manu, cuisine patagonne à la mode française, dans un cadre distingué qui surplombe la ville et la Canal Beagle ; la merluza a la manteca negra est un régal absolu. Adresse : Rest Dos Costas 2135.
Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?