Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Provinces > Misiones

Drapeau – Misiones
Misiones

dans cet appendice subtropical jadis fleuron de l'utopie jésuite, la selva cède du terrain devant le mercantile pin européen, et les Guaranis se replient sur leur misère – mais ne vous contentez pas pour autant d'un elliptique aller-retour en avion aux Cataractes, vous passeriez à côté de l'essentiel !

Région : LitoralArgentine – région Litoral

Population : 963869 hab. – Superficie : 29801 km²

Capitale (population) : Posadas (280454 hab.)

Climat : climat subtropical ; l'été, avec sa chaleur torride et ses pluies plus abondantes, n'est peut-être pas la meilleure saison ; l'hiver est plus clément.

Quelques précisions

Misiones fait partie de la région du Litoral, avec Corrientes et Entre Ríos.
A partir de l'annexion définitive des Missions par l'Argentine, en 1865, le gouvernement entreprit une politique de peuplement de ce désert humain, ravagé par plusieurs décennies de guerres avec le Paraguay et le Brésil. Pour se faire, dès les années 1880, il favorisa l'immigration européenne, notamment polonaise, ukrainienne, scandinave, allemande et française. Les pionniers s'implantent à la fin du XIXème siècle, suivis d'un second contingent pendant l'Entre-deux-guerres, puis d'une dernière vague de colons allemands durant la Seconde Guerre Mondiale ; ces derniers ne venaient pas d'Allemagne, mais du sud brésilien où ils étaient nombreux depuis le XIXème siècle, et où un ressentiment anti-germanique fit rage durant le conflit mondial dans lequel le Brésil s'était fermement engagé (à l'inverse de la frileuse Argentine de Perón, aux sympathies fascisantes...).

Ce que nous avons visité

Temples

Missions jésuites des Guaranis : l'expérience évangéliste et pacifique des Jésuites en territoire guarani, aux confins tumultueux des empires espagnols et portugais, a fait long feu – mais leurs vestiges attestent de la splendeur (sinon du polémique bienfondé) de leur entreprise.

Pasos

Marco de las Tres Fronteras : entre Paraguay, Argentine et Brésil, ce serait la frontière la plus dangereuse du Cône Sud, dixit les services secrets nord-américains, puisque s'y développerait une nébuleuse djihadiste transfrontalière... En attendant d'être bombardée par l'US Air Force, c'est un joli point de vue sur le Paraná.

Réserves

Saltos del Moconá : plus confidentiels que la grande machinerie des Cataractes d'Iguazú, les Saltos du Moconá n'en sont pas moins étourdissants pour qui s'y frotte de près ; et leur particularité d'être parallèles au fleuve achève de les rendre incontournables.

Iguazú : on peut rester indifférent au charme bucolique d'une cascade – mais Iguazú vaut davantage qu'une vulgaire chute d'eau : “Las Cataratas”, c'est une apocalypse aquatique, un typhon gargantuesque et permanent qui menace de submerger vos sens à tout instant.

Géographie et thématiques culturelles

H2O

Río Paraná : le cours puissant de ce mastodonte drague les rives polychromes du Litoral argentin : la pourpre des Missions, les ocres de Mésopotamie, nénuphars et feuillages du Delta, un soupçon de pollution, et toute cette peinturlure épaisse s'en va badigeonner un estuaire que, curieusement, on s'entête à croire argenté.

Río Uruguay : plus modeste que son compère le Paraná, avec lequel il partage l'estuaire du Río de la Plata, le fleuve Uruguay offre un abord sinueux et paisible, dont les méandres hébergent de jolis brins de plage. Une frontière idyllique, qui pourtant cristallise de vives tensions politiques et environnementales entre les deux républiques sœurs riveraines.

Écosystèmes

Selva paranense : ...du moins ce qu'il en reste, car cette portion de forêt subtropicale peut pleurer sa virginité, phagocytée qu'elle est par la sylviculture et les plants de thé ou maté friands de ses sols latéritiques. Maître Toucan sur un petiribí perché peut se gausser d'un Maître Yaguareté moins alléché par l'odeur qu'acculé par les planteurs.

Zoologie

Guazuncho (Daguet gris) : voici la doublure de Bambi pour les scènes tournées en zone torride – notamment Crocodile Bambi et le mythique corps-à-corps avec les yacares (plusieurs doublures y ont laissé des poils). A la ville, ce gracieux cervidé est plutôt farouche, et ne se départit jamais du précieux anonymat d'une paire de lunettes fumées...

Yacaré (Caïman) : pour un peu, on ne l'aurait même pas vu approcher... Voguant juste sous la surface de l'eau, ses mirettes globuleuses seules émergeant, un intempestif réflexe caudal l'a trahi en éclaboussant la coque de notre esquif... Ces monstres ont beau bouder la chaire humaine, 3 mètres de long, tout de même, ça n'est pas rien...

Singesaperçu

Botanique

Pin Paraná : la montera fichée bravement sur son faîte altier, son corps élancé cintré dans une chaquetilla affublée de coquets pompons, ce torero don-quichottesque n'entend pas le céder à la véhémente sylviculture dans l'arène des Misiones, et oppose aux assauts de la déforestation une résistance aussi noble qu'illusoire...

Lapachos (tajy) : si les arbres poussaient des cris, assurément ceux du genre Handroanthus seraient assourdissants – agglutinées en grappes dodues, leurs fleurs sont de véritables brass-bands de trompettes aux couleurs éclatantes, qui au printemps émaillent la selva d'éclats dorés et parent les villes du bassin rioplatense de milliers de pompons roses.

Industrie

Tabac : ce délicat présent de l'Amérique aux pilleurs venus d'Europe (qui ne surent que le convertir en cadeau-empoisonné) prospère dissymétriquement sous le Tropique du Capricorne : latifundistes capitalistes prospèrant à l'ouest, minifundistes coopératifs s'échinant à l'est. Qui résistera le mieux au rouleau-compresseur du soja ?

Yerba mate : la consommation de yerba est répandue dans tout le bassin du Río de la Plata, depuis le torride Chaco jusqu'aux plages brésiliennes, et même en Patagonie, mais sa production et son industrialisation en revanche se cantonnent autour des antiques missions jésuites du Noreste. Enquête chez les Guaraníes...

Sylviculture : ou déforestation incontrôlée ? Dans les Misiones, antichambre de la forêt amazonienne, la selva cède peu à peu la place au pin européen, plus apte à une exploitation industrielle. La conscience soulagée par quelques chétives réserves naturelles, les menuiseries soutiennent vaillamment la demande, moteur de l'économie provinciale.

Ornithologie

Chiricote & Ipacaá : du barouf cacophonique qu'émet une bande de chiricotes survoltés, mêlé des couinements lugubres de leurs cousins les ipacaá, émane une polyrythmie troublante, étrangement décalée et pourtant synchrone, techno minimaliste lancinante ou partition futuriste qu'un Ligeti n'eut pas reniée. Hypnotique !

Chajá : son cri pathétique se répand d'un bout à l'autre des vastes “llanos” mésopotamiens, « chajá! chajá! », signalant l'approche d'un prédateur, « chajá! chajá! », plus sûrement photographe que jaguar, « chajá! chajá! », et la grosse poule d'eau pataude et moche s'envole à tire-d'ailes comme une baudruche échappée d'une fête foraine.

Dévotions

San La Muerte : avec son look caricatural, tout droit sorti d'un pathétique film d'épouvante, cette Grande Faucheuse des bas-côtés incite davantage à la rigolade qu'à la dévotion. Pourtant, il serait fâcheux de s'y méprendre – car ce Santito-ci n'a rien d'un saint, et il vous fera passer l'envie de ricaner d'un coup de mauvais sort !

Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?