Recherche en cours

Recherche

Vous avez effectué 0 recherches

Naviguez sur la carte

0%

Vous avez consulté 1 fiches sur 541

Votre itinéraire comporte 0 étape(s)

réinitialiser votre session

Menu > Provinces > Neuquén

Drapeau – Neuquén
Neuquén

avec son palindrome de nom, ce portail de la Patagonie se prête en effet aux aller-retours tant la profusion de lacs invite à de labyrinthiques tours et détours – sans compter un chapelet de volcans aux contours et coloris si variés qu'on les voudrait tous ascensionner !

Région : PatagonieArgentine – région Patagonie

Population : 473315 hab. – Superficie : 94078 km²

Capitale (population) : Neuquén (224685 hab.)

Climat : climat patagonique sec, aux températures modérées ; hivers froids – pluvieux (neigeux) sur la cordillère.

Ce que nous avons visité

Trek & Cie.

Volcan Lanín : c'est le phare de la Patagonie, sinon son point culminant. On contemple sa silhouette pyramidale très loin à la ronde, qui domine les reliefs alentours. Sous la chape de neige sommitale, son cratère demeure dissimulé ; nul ne sait s'il dort ou s'il veille... Une ascension panoramique parmi les plus abordables et gratifiantes pour l'andiniste amateur.

Volcan Copahue : si vous souhaitez escalader un volcan à moindres frais, voici le spécimen idéal ! Il ne vous en coûtera qu'une bonne journée de grimpette, sans difficulté particulière (outre l'endurance), et le jeu en vaudra la chandelle : lac de cratère laiteux, glacier, sommet lunaire, panorama sur la cordillère – un des plus beaux complexes volcaniques andins !

Parcours

Route des Sept Lacs : les Andes patagoniques sont truffées de lacs de toutes tailles, reliquats liquides d'une vaste calotte glacière fondue depuis belle lurette. Dans la province de Neuquén, leur concentration, et la beauté scénique que leur confère le couvert forestier, atteint au sublime. Et au milieu file une piste...

Dévotions

San Sebastián : plus débraillé que San Expedito, son collègue légionnaire, ce saint à la sensualité affriolante et ambiguë a gagné les faveurs des rudes bergers patagons, qui truffent les grottes et cavités de l'Aysén ou de Neuquén de petits sanctuaires consacrés à celui qu'il vénèrent comme le patron de leur profession.

Réserves

Nahuel Huapi : historiquement le premier Parc National du pays, et l'un des plus emblématiques, il est centré sur le lac homonyme dont les eaux possèdent un bleu absolument somptueux. Doté d'un climat amène, il fourmille de monts, de glaciers et de lacs, que jalonnent sentiers et campings. Dans la conscience nationale, c'est l'Eden, tout simplement.

Los Arrayanes : on s'attendrait presque à tomber sur la Belle au Bois Dormant au détour d'une passerelle, tant il émane de ce bosquet d'arrayanes une atmosphère de conte de fée. Avec leur tronc tortueux couleur cannelle, les arbres semblent des tentacules sur le point de s'animer – pas l'ombre d'un Prince Charmant pour vous secourir...

Copahue-Caviahue : c'est la caldeira de l'antique Volcan Agrio, qui entra en éruption explosive il y a deux millions d'années. Sur ses ruines toujours fumantes gisent des miroirs opaques ou azurés, des pataugeoires fétides appréciées des curistes, un torrent badigeonneur et l'héritier du défunt volcan : le Copahue, qui entend bien faire valoir ses droits...

El Tromen : entre les deux imposants massifs volcaniques du Domuyo et de la Payunia, un chapelet de volcans esseulés rompt la monotonie de la steppe immense ; au pied du volcan éponyme, un petit bijou de la Nature étend ses eaux aux reflets changeants, pataugeoire de prédilection des nombreuses espèces ornithologiques qui y nidifient.

Lanínaperçu

Epu Lauquenaperçu

Sistema Domuyoaperçu

Thermes

Las Maquinitas : les vertus thérapeutiques de la boue ne sont plus à démontrer, et il est devenu très plaisant de se faire barbouiller dans des établissements confortables et intimistes. Ici cependant, il vous faudra mettre la main à la pâte, et vous immerger au vu de tous dans une décoction bouillonnante et fétide qui, espérons-le, ne vous engloutira pas tout cru...

Aguas Calientesaperçu

Géographie et thématiques culturelles

Écosystèmes

Hautes Andes : à des altitudes comprises entre deux et sept mille mètres, la végétation se cantonne généralement à quelques coironales mouchetant de leurs jaunes léonins les sols minéraux ou volcaniques, quand la neige ne les recouvre pas. Peu de bestioles se risquent dans ces parages – elles se savent dans le collimateur des condors.

Steppe patagonique : de l'avis général, ses panoramas infinis sont d'une monotonie proverbiale, et un vent irascible soufflette méchamment les importuns qui s'y dévoient ; mais il suffit qu'un crépuscule pyromane allume ses champs de coirones et incendie les nuées orageuses qui moutonnent jusqu'à l'horizon pour que la magie de la Patagonie opère.

Monte : dans le lexique populaire, “adentrarse en el monte”, plus encore que “prendre le maquis”, c'est se réfugier dans une région qui, sans posséder une végétation dense ni même élevée, est cependant suffisamment vaste et aride pour dissuader toute tentative de poursuite. Mieux vaut être un habile chasseur de viscaches.

Forêt patagonique : au contraire des Andes boréales bigarrées et fauves, la cordillère australe est une fresque impressionniste, où le frémissement perpétuel de la lumière sur les reliefs boisés engendre une palette pointilliste dont les nuances se nichent dans un bosquet d'arrayanes ou pétillent sous le pinceau plus audacieux de l'automne.

Botanique

Arrayán : son nom aux consonances arabes évoque des parfums capiteux, et sa belle robe cannelle inviterait les gourmands à croquer à belles dents dans son tronc qui part en copeaux ; mais à moins d'être castor, mieux vaut vous abstenir.

Pehuén : l'immense couvert forestier dont se parent les Andes Patagoniques, sur deux bons milliers de kilomètres de long, est un méli-mélo inextricable d'espèces australes que l’œil non avisé peine à différencier. Mais il réserve cependant ça et là des enclaves exclusives où domine un arbre endogène iconique : tel est le pehuén, conifère sectaire et dégingandé.

Nothofagus sp. : c'est l'arbre emblématique du Sud, qui couvre les reliefs andins de la Patagonie et de la Terre de Feu. Ses différentes espèces adoptent des formes variées, tantôt gigantesques, tantôt rabougries et torsadées lorsque les éléments altèrent son développement. Seule constante : leurs petites feuilles bombées et dentelées.

Caña colihueaperçu

Industrie

Hydrocarbures : pompant sans relâche ce qu'il reste du précieux liquide dans les entrailles de la Terre, des régiments de derricks au coude à coude colonisent la Patagonie et se lancent à la conquête de territoires périphériques jadis épargnés, assiégeant avidement les enquiquinantes réserves protégées. Safari parmi ces échassiers d'une nouvelle ère.

Vini-viticulture : tôt présente dans les bagages des Espagnols, la vigne colonise le piémont andin et génère un lucratif commerce à l'échelle du Vice-royaume. Laminé par les guerres d'Indépendance et l'expansion des productions européennes, le secteur amorce un boom remarqué depuis quelques décennies et les bodegas font leurs choux gras du tourisme !

Parcours

Ruta 40 : elle vous en fera voir de toutes les couleurs, au sens figuré comme au sens propre – depuis les tons fauves du Noroeste jusqu'aux nuances de bleu et de vert des lacs et forêts de Patagonie, c'est toute une palette de paysages grandioses qui défilent sur plus de cinq mille kilomètres, semés de multiples embuches.

Massifs

Andes centrales, Cordillère principale : précédé de son flamboyant pont-dormant qu'est le Puente del Inca, voici enfin le donjon jalousement gardé de toute la cordillère des Andes : l'Aconcagua, à l'assaut duquel les andinistes se lancent témérairement, escaladant une muraille dont les mâchicoulis déversent de meurtrières avalanches.

Andes méridionales, Cordillère patagonique : où sont passés les coloris criards des altières Andes boréales ? Dans sa longue décrépitude australe, la cordillère a subi le démaquillage brutal des glaciations : à grands coups de rabot, de monstrueux glaciers ont limé les crêtes et labouré les massifs, ne laissant derrière eux que pleurs étincelants.

Carnets associés

Les fiches thématiques sans ancrage local particulier ne sont pas épinglées sur la carte.

LÉGENDE
ProvincesConfins
CarnetsRéserves
HéritagesDévotions
ArchéologieMassifs
ValléesÉcosystèmes
BotaniqueZoologie
OrnithologiePasos
CuestasH2O
GastronomieTemples
MinesIndustrie
Trek & Cie.Parcours
MuséesThermes
VillesPhotos
bientôt disponible

Une question ? Une remarque ? Une erreur à signaler ? Écrivez-nous :

Envoyer

Vous pouvez aussi nous retrouver sur les forums et réseaux suivants :

FacebookGoogle+Le RoutardVoyage ForumFrench Planète

Au fait : qui sommes-nous?